• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Tarbes : les jeunes agriculteurs disent non à l'ours des Pyrénées

© Régis Cothias / France 3
© Régis Cothias / France 3

Quelques jours avant la réunion du comité massif, les jeunes agriculteurs des Hautes-Pyrénées de la filière ovine se sont mobilisés, lundi 27 juin à Tarbes, pour protester contre la possible réintroduction de nouveaux plantigrades dans le massif des Pyrénées.

Par Emmanuelle Gayet

La question de la présence de l'ours dans les Pyrénées est toujours explosive. Alors que le Comité massif des Pyrénées s'apprête à se réunir, le 1er juillet, afin de statuer sur la poursuite du plan ours et la possibilité à l'instar des espagnols de réintroduire de nouveaux plantigrades dans le massif, les jeunes agriculteurs des Hautes-Pyrénées ont pris les devant pour montrer leur opposition sans appel à cette possibilité.

Ils se sont donnés rendez-vous, lundi soir, au rond Point de l’Hôpital de Tarbes pour poser des banderolles avec le message "ours en liberté montagne en danger" à côté des ours qui figurent sur ce rond point. Un emplacement symbolique et lourd de sens pour cette campagne de communication des anti.
Ils entendent ainsi prévenir le Comité qui pourrait  être tenté de conforter la population d'une trentaine d'ursidés déjà présente entre France et Espagne. Ils craignent de nouveaux lâchers d'ours.


Les anti-ours dénoncent notamment les attaques perpétrées par les plantigrades contre les troupeaux et la difficulté d'exercer leur métier notamment la protection de des brebis en présence du prédateur. En 2015 cependant, le nombre de dossiers et de prédations a affiché une baisse notable alors que le nombre d'individus vivant dans les Pyrénées augmente. Les dommages concernant principalement l'Ariège.

La France a suspendu les opérations de réintroduction d'ours slovènes dans les Pyrénées. Ce qui n'est pas le cas les autorités espagnoles qui ont toujours affirmé qu'elles étaient favorables à la réintroduction. Elles sont passées à l'action, le 6 juin dernier avec le lâcher d'un mâle en provenace de Slovénie dont le principal rôle sera d'apporter du sang neuf à une population menacée de consanguinité.


Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus