Hautes-Pyrénées : le projet de porcherie d'Ossun validée par le préfet malgré une forte opposition

La nouvelle porcherie sera implantée sur le site de cette ancienne porcherie à Ossun / © E. Fillon / France 3 Occitanie
La nouvelle porcherie sera implantée sur le site de cette ancienne porcherie à Ossun / © E. Fillon / France 3 Occitanie

La préfecture des Hautes-Pyrénées a validé ce mercredi 27 mars le projet de la porcherie industrielle d'Ossun, projet qui fait polémique depuis novembre dernier entre riverains et industriel. 

Par Amy Mcarthur

Un projet validé, mais sous conditions. Ce mercredi 27 mars le préfet des Hautes-Pyrénées a pris une décision d’enregistrement du projet de la porcherie d'Ossun, malgré l'opposition des riverains et un avis défavorable de la commission départementale de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (CODERST). 

Selon le préfet, "aucun motif ne peut, en droit, être invoqué pour refuser l’enregistrement de cette installation classée." Il évoque une adhésion aux normes relevant de la réglementation des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) "jugée suffisante, voire allant au-delà des prescriptions réglementaires."

Le projet pourra donc continuer à être mis en place, mais avec des prescriptions complémentaires imposées par arrêté préfectoral : 

1. Dépollution du site existant : élimination des matériaux amiantés issus de l’ancienne porcherie

2. Couverture des besoins en eau (24 m³ / jour maximum) assurés par un débit contrôlé et un stockage interne

3. Création d’un stockage interne d’une capacité minimale de 22m3, sous réserve de meilleure solution

4. Récupération des eaux de pluie pour le lavage avec un réseau indépendant, permettant de réduire la consommation d’eau issue du réseau public

5. Choix de matériaux et systèmes d’abreuvement économes en eau

6. Couverture de la fosse à lisier (réduction des odeurs et limitation des épandages)

7. Installation d’une haie paysagère à l’est du bâtiment

8. Réduction et mise à jour du plan d’épandage, compte tenu de la réduction des effluents liée aux prescriptions et engagements du pétitionnaire.

Reste à voir si ces mesures seront suffisantes pour répondre aux inquiétudes des riverains. Vu l'absence d'engagement au niveau du bien-être des porcs, qui seront plusieurs milliers dans un bâtiment de quelques centaines de mètres carrés, ces mesures ne le seront sûrement pas pour les défenseurs des animaux, qui avaient eux aussi exprimé leur opposition au projet. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus