Témoignage à Agde : en difficulté économique, un couple s'installe dans son restaurant avec ses deux enfants

Après bientôt quatre mois de fermeture, de nombreux restaurateurs sont en difficulté. À Agde dans l'Hérault, un jeune couple a décidé de vivre dans son établissement avec ses enfants pour ne pas avoir deux loyers à payer. Jessica et Stéphane témoignent.

Le restaurant de Jessica et Stéphane, à Agde, où le couple s'est installé avec ses deux enfants.
Le restaurant de Jessica et Stéphane, à Agde, où le couple s'est installé avec ses deux enfants. © FTV / J. Morch

Déclinaison autour de la truffe, puis souris d'agneau et entremets façon pomme d’amour : comme de nombreux restaurateurs d'Occitanie, Jessica et Stéphane ont préparé un menu particulier pour la Saint-Valentin et comptent ce dimanche sur la gourmandise des amoureux.

Jessica en cuisine, ce dimanche 14 février.
Jessica en cuisine, ce dimanche 14 février. © FTV / J. Morch

En cuisine, la jeune cheffe s’affaire, mais la salle de leur restaurant d'Agde reste fermée à la clientèle. À la place, leurs deux enfants ont pu improviser une salle de jeux. Car poussée par la pression économique, la famille a investi la mezzanine de l'établissement pour en faire son lieu de vie. C'est ce qui lui permet d'économiser un loyer.

Ce n'est pas que pour nous qu'on fait ça, mais aussi pour eux. Si parfois, on a envie de baisser les bras, pour eux on ne peut pas. Ils n'ont pas choisi, ils n'ont pas demandé. 

Jessica, cheffe cuisinière

Le couple a repris l’affaire en septembre dernier au sein du quartier de La Tamarissière, au bord de l'Hérault. Mais son projet a connu un coup dur soudain. Le 29 octobre, un décret acte le reconfinement et la fermeture des restaurants. Comme beaucoup de leurs collègues, Jessica et Stéphane se sont adaptés.

Jusqu'à revoir leur carte : "Ici, il y avait un four à pizza, explique Stéphane. C'est pas son truc [Jessica, NDLR], on voulait le vendre... Finalement, on s'est dit : "On le garde, on sait jamais." Et ça sert aussi."

Le restaurant propose, via un site internet notamment, la vente à emporter ou même en livraison. Mais le besoin d'une aide de l'Etat se fait sentir. Le fonds de solidarité mis en place par le gouvernement se base effectivement sur un chiffre d’affaires de référence, pénalisant les nouvelles entreprises comme la leur.

Restent les amis venus les réconforter et apporter un soutien mort. "Ce sont des amis qu'on aime énomément, témoigne Hubert, l'un d'eux. On est encore plus à fond avec eux. Comme tous les restaurateurs, on sait ce que c'est."

Et d'espérer que la générosité des clients permette au couple de maintenir l'établissement.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société économie témoignage tourisme finances crise économique