Béziers : des militants haussent le ton contre l’initiation à la tauromachie dans les centres aérés

A Béziers, des enfants peuvent désormais s’éveiller à la tauromachie et à la culture taurine dans les centres aérés municipaux. Mais des militants du COLBAC (Comité de liaison biterrois pour l’abolition de la corrida) tentent de faire interdire ces activités qu’ils jugent «sanguinaires».

"La corrida n’est pas un loisir comme un autre", dénoncent des militants du COLBAC, une association biterroise de lutte contre la corrida, dans une lettre adressée au Ministère de la Jeunesse et des Sports. "C’est une pratique violente, qui autorise des actes de cruauté envers un animal […] L’agonie et la mort du taureau sont applaudies, sa souffrance totalement banalisée et ignorée.".

Nouveau cheval de bataille de l’association : faire interdire l’initiation à la culture taurine, proposée à de jeunes enfants dans plusieurs centres de loisirs biterrois. Mercredi, une mobilisation était organisée devant l’un d’entre eux : celui de Martin Luther-King, rue de l’Orb. Et vendredi, une manifestation a eu lieu sur les allées Riquet.

Voir notre reportage à Béziers.

Déconseillé par l’ONU

Visite du musée taurin ou encore des arènes… Les activités autour de la tauromachie ont lieu trois mercredis en septembre, en partenariat avec la Fédération des clubs taurins du biterrois. "Vos enfants vont assister […] à des sorties en lien avec le monde taurin. Protégeons(-les) de ce spectacle sanguinaire", affichaient des tracts distribués le 22 septembre lors de la mobilisation.

"En 2016, le comité des droits de l’enfance de l’ONU a recommandé à la France de tenir les enfants à l’écart de la tauromachie", a souligné Sophie Maffre-Baugé, présidente du COLBAC, à France Bleu. Appuyée par plusieurs parents qui se disent "choqués" que leurs enfants puissent assister à de telles activités.

Certaines familles déclarent même ne pas avoir été informées de la mise en place de ces activités. Mais la municipalité s’en défend. Arguant que de nombreux parents ne lisent pas les programmes des centres de loisirs, remis en mains propres mais également disponibles sur Internet.

"La loi ne nous l’interdit pas"

Une sortie au musée taurin de Béziers a été annulée mercredi en raison de ces vives oppositions. Pourtant, "la loi ne nous interdit pas de proposer ces activités", a justifié Bernard Mula, président de la Fédération des clubs taurins biterrois. "S’ils veulent faire changer la loi, qu’ils s’adressent aux députés…".

Le maire de Béziers, Robert Ménard, a garanti que chaque sortie ferait désormais l’objet d’une autorisation écrite des parents.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tauromachie culture culture régionale société éducation polémique robert ménard politique tradition