Béziers : un jeune couple d'Agde condamné pour trafic de stupéfiants et blanchiment d'argent

Leur petit commerce fonctionnait bien mais les policiers d'Agde, après 7 mois d'enquête, ont fait tomber les 2 jeunes dealers. Le couple fournissait de la drogue sur un point de deal chaque jour et utilisait également les réseaux sociaux pour mieux "servir la clientèle".

Béziers (Hérault) - le palais de justice - 2020.
Béziers (Hérault) - le palais de justice - 2020. © F3 LR F.Detranchant

Vendredi 16 avril 2021, un couple domicilié à Agde, dans l'Hérault, a été déféré devant la parquet de Béziers et jugé en comparution immédiate pour des faits de trafic de stupéfiants et de blanchiment.

L’homme, âgé de 25 ans, a été condamné à 2 ans d’emprisonnement dont 6 mois assortis d’un sursis probatoire pendant 2 ans avec mandat de dépôt.
La femme, âgée de 24 ans, a été condamnée à 8 mois d’emprisonnement avec sursis. Le tribunal a également prononcé la confiscation des scellés, soit un véhicule acheté avec les revenus du trafic de stupéfiants et une somme d’argent d’environ 700 euros.

7 mois d'enquête pour les policiers d'Agde

L’enquête menée par les policiers du commissariat d’Agde depuis septembre 2020 a permis d’établir, notamment grâce aux investigations téléphoniques et aux dispositifs de surveillance, que l’homme se livrait à un trafic de stupéfiants sur un point de deal de la commune d’Agde. Sa compagne prenait une part active dans cette activité illicite, notamment en conduisant son époux sur les lieux des transactions.

Par ailleurs, le mis en cause de 25 ans utilisait le réseaux social Snapchat pour entrer en contact avec les consommateurs de produits stupéfiants. Lors des interpellations et des perquisitions, les enquêteurs ont découvert 470 grammes d’herbe de cannabis, 8 grammes de résine de cannabis et une vingtaine de plants de cannabis.

La femme était inconnue de la justice. En revanche, l’homme, déjà condamné à 8 reprises, se trouvait en état de récidive légale pour détention de stupéfiants en 2018.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers drogue prison réseaux sociaux