Béziers : vignerons et caves coopératives se serrent les coudes pour survivre à la crise économique liée au coronavirus

A Faugères au nord de Béziers, la crise du covid-19 casse les codes : viticulteurs et vignerons de l'AOP, les "frères ennemis" d'hier, s'associent pour surmonter la chute de chiffre d'affaires. Tout le mois de mai, la cave coopérative ouvre ses portes aux vignerons indépendants. Du jamais vu. 

Le territoire de l'AOP Faugères s'étend sur 7 communes rurales au nord de Béziers et rassemble 144 viticulteurs, dont 60 vignerons.
Le territoire de l'AOP Faugères s'étend sur 7 communes rurales au nord de Béziers et rassemble 144 viticulteurs, dont 60 vignerons. © Diabolo Bohème
Vignerons indépendants et viticulteurs des caves coopératives, traditionnellement dans le Languedoc, ce sont deux univers parallèles: deux manières de travailler, deux philosophies différentes et deux réseaux de distributions opposés.

Mais désormais pour Nathalie Caumette, présidente de l’appellation Faugères depuis bientôt dix ans, les oppositions de hier ne sont plus de mise aujourd’hui :

Nos différences ne sont plus le moteur d’une compétition effrénée où il faut vaincre ou mourir. Au contraire, elles sont la source de nouvelles formes de coopération qui participent à notre effort d’adaptation.

Dont acte avec cette main tendue vers les caves particulières : l'unique cave coopérative de l'AOP Faugères a mis en place un dispositif pour aider les vignerons indépendants en leur faisant une petite place au beau milieu du caveau de vente.
 

Des clientèles complémentaires


Depuis le 27 avril et durant tout le mois de mai, chaque semaine, deux viticulteurs viennent y vendre leurs vins.

Une bouffée d'oxygène plutôt bienvenue pour Maxime Secher, un jeune vigneron qui vient de s'installer sur ces terres viticoles qui s'étendent au nord de Béziers.

Actuellement c'est un petit peu compliqué ! Vu que le principal réseau de distribution se fait par les cavistes et la restauration, nos ventes sont plus ou moins à l'arrêt. Or, on a besoin de trésorerie pour fonctionner parce que les travaux continuent dans les vignes. 


Cette opération de solidarité inédite ne devrait pas pénaliser financièrement la cave coopérative : ses circuits de distribution sont différents et plutôt tournés vers la grande distribution. 
  

Union sacrée


"En cette période très compliquée pour ces vignerons là, on n'a pas le droit de les laisser comme cela, il faut les aider pour que eux aussi s'en sortent et qu'on puisse aller de l'avant, tous ensemble", affirme Philippe Maury, président de la cave coopérative.

C'est l'union sacrée, on en a besoin ! Pour moi, quand un Faugères est vendu, que ce soit par une cave particulière ou par la cave coopérative, peu importe, je suis heureux ! 

 
Philippe Maury, président de la cave coopérative à Laurens, au bord de Béziers dans l'Hérault et Nathalie Caumette, présidente de l’appellation Faugères.
Philippe Maury, président de la cave coopérative à Laurens, au bord de Béziers dans l'Hérault et Nathalie Caumette, présidente de l’appellation Faugères. © FTV

Un vrai risque économique

Si la présidente de l'appellation salue les mesures prises par le gouvernement auprès des banques pour aider les trésoreries des entreprises à ne pas virer au rouge, elle rappelle qu'au royaume du vin, mettre les employés au chômage technique n'est pas possible. Il ya beaucoup de travail en ce moment dans les vignes.
 

Il y a un vrai risque pour les viticulteurs de la région, les entreprises viticoles sont déjà très fragiles car nous avons eu des années difficiles depuis 2015, avec deux ans de grande sécheresse suivis de deux années marquées par le mildiou. Nous ne savons pas combien d'entre elles vont survivre à cette crise....


Une des solutions ? Apprendre à travailler ensemble entre caves particulières et coopératives.

"Cette opposition entre vignerons et viticulteurs n'a plus lieu d'être, il faut dépasser les clivages", répète Nathalie Caumette.

D'autres projets sont en cours au sein de l'appellation comme mutualiser des expéditions, créer en commun une maison des vins et une boutique en ligne pour promouvoir les vins de la région.

 

Faugères en chiffre


Cette production se situe dans la moyenne : à titre de comparaison, l’AOP Corbières pèse 339 000 hl et l’AOP Terrasses du Larzac 19 900 hl.

La production régionale en Languedoc elle, est de 1.35 Mhl de vins en AOP.


 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture agriculture économie coronavirus/covid-19 santé société crise économique vins culture gastronomie