• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le FN en tête devant le PS, la droite sous les 20 % en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon

Louis Aliot dans son bureau de vote à Perpignan / © AFP
Louis Aliot dans son bureau de vote à Perpignan / © AFP

Louis Aliot est en tête comme prévu par les sondages, mais Carole Delga est plutôt bien placée. En revanche, le candidat des Républicains, Dominique Reynié est en deçà des scores attendus. Gérard Onesta est à 10 % et devrait fusionner ses listes avec Carole Delga.

Par Fabrice Valery

Louis Aliot (FN) est arrivé largement en tête (31,83 %) du premier tour des élections régionales en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Le candidat du Front National est arrivé en tête dans 6 des 13 départements de la région. Derrière lui, et c'est une surprise si l'on se réfère aux sondages, c'est la candidate socialiste Carole Delga qui est en seconde position (24,41 %). Elle pourra vraisemblablement compter sur le renfort de Gérard Onesta (10,26 %). Le candidat écologiste a annoncé une fusion entre les deux listes avant le second tour, dans le respect des résultats du premier tour. Les négociations ont d'ailleurs débuté ce dimanche soir à Toulouse. Dominique Reynié, le candidat des Républicains, arrive seulement en troisième position (18,84 %) mais a décidé de se maintenir malgré la possibilité de victoire du FN au second tour. Son score est décevant pour ses supporters. 

Le FN en tête presque partout

C'est dans son département des Pyrénées-Orientales que Louis Aliot réalise son meilleur score avec 41,7 %. Dans la région Languedoc-Roussillon, le candidat FN est d'ailleurs en tête dans 4 des 5 départements : Aude, PO, Herault et Gard. Dans la région Midi-Pyrénées, c'est dans le Tarn et le Tarn-et-Garonne qu'il arrive en tête. 
Avec un peu plus de 30 % des voix sur l'ensemble de la nouvelle région, Louis Aliot est en capacité de l'emporter au second tour, malgré le score de Carole Delga. 


La gauche limite la casse

La candidate socialiste arrive en tête dans 5 départements, tous en Midi-Pyrénées (Ariège, Lot, Gers, Haute-Garonne et Hautes-Pyrénées) et limite la casse avec près de 25 %, même si ses adversaires de droite ont rappelé durant la soirée qu'en 2010 Martin Malvy avait réalisé près de 41 % au premier tour en Midi-Pyrénées. Son meilleur score en Languedoc-Roussillon est dans le département de l'Aude avec près de 26 %. Elle a elle-même mis en garde contre une victoire du FN.
Carole Delga (PS) pour France 3
Je mesure toute ma responsabilité, placée ce soir comme l'unique rempart contre le Front National. - France 3 Midi-Pyrénées

La candidate socialiste devrait pouvoir compter sur la réserve de voix de Gérard Onesta, qui, avec 10 % des voix est cependant en dessous de ses prévisions et même des scores que lui accordaient certains sondages. Un accord devrait intervenir rapidement entre les deux listes pour fusionner au second tour. 
Carole Delga a déjà reçu le soutien de Christophe Cavard. Le député écologiste du Gard, avec 2 %, a annoncé vouloir faire barrage à la droite et au FN.
Quant à Philippe Saurel et ses 5 %, il réunit lundi à Toulouse ses têtes de listes départementales pour décider de sa position entre les deux tours.

Dominique Reynié sous la barre des 20 % mais se maintient​

Le candidat des Républicains, pour sa première élection, a connu un premier tour difficile avec un score bien en-deçà de ce qu'il espérait. Avec moins de 20 %, le candidat de la droite traditionnelle arrive en tête dans deux départements : l'Aveyron, où il réalise son meilleur score avec 28 %, et la Lozère (27,1 %).
Il a déjà annoncé qu'il se maintiendrait au second tour, malgré le risque de victoire du FN, suivant ainsi les consignes du président des Républicains, Nicolas Sarkozy. Il appelle au rassemblement face à "ceux qui ont tout raté (les socialistes) et ceux qui veulent tout casser (le FN)". 
Dominique Réynié, candidat Les Républicains pour France 3
Le maintien du vote FN permettra paradoxalement la réelection du PS - France 3

Toulouse et Montpellier résistent (un peu) au FN

Dans les deux métropoles de la future grande région, le Front National ne réalise pas des scores aussi élevées qu'ailleurs. A Montpellier, Philippe Saurel le maire de la ville est arrivé en tête avec 24,1 % devançant Louis Aliot (21,32 %) et Carole Delga (18,43 %). A Toulouse, ville gérée par le maire LR Jean-Luc Moudenc, c'est la gauche qui sort en tête, avec Carole Delga (31,6 %) largement devant Dominique Reynié (22,7 %). Louis Aliot (17,2 %) n'est qu'en troisième position juste devant Gérard Onesta qui réalise un très bon score (16,3 %). 

Voici les résultats complets dans la future grande région : 
 / ©
/ ©
 / ©
/ ©
 / ©
/ ©
 / ©
/ ©

 

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus