Cet article date de plus de 4 ans

Des médecins de l'Hérault avouent "s'arranger" avec la loi française sur la procréation assistée

C'est une initiative éthique et médicale inédite. 200 médecins dont des Héraultais révèlent avoir enfreint la loi. Ils ont aidé des femmes dans leur projet d'enfant dont la réalisation est interdite en France. Une prise de position pour faire évoluer la loi sur la procréation médicalement assisté.

illustration
illustration © F3 LR

A l'initiative de René Frydman, qui a permis la naissance du premier bébé éprouvette, 200 médecins avouent avoir enfreint la loi.

Les couples homosexuels vont à l'étranger

Alexie est née il y a deux mois. Pour assouvir leur désir d'enfant, Morgane et Aureline ont dû passer la frontière, direction l'Espagne pour une insémination artificielle. Car en France, la procréation médicalement assistée est réservée aux couples hétérosexuels infertiles. Au final, ce couple de femmes a fait 5 allers-retours entre Montpellier et une clinique de Barcelone et a engagé près de 10.000 euros dans ce projet.

A Montpellier, le docteur Lelaidier et le professeur Hamamah font partie des 200 médecins qui viennent de signer un manifeste dans lequel ils reconnaissent avoir accompagné certains couples ou des femmes célibataires dans leur projet de naissance. Ils réclament la PMA pour toutes. Un geste politique fort qui rappelle le président Hollande à ses promesses de campagne non tenues.

Les couples hétérosexuels font aussi des démarches à l'étranger

Les couples hétérosexuels infertiles qui ont le droit de bénéficier de la PMA en France franchissent, eux aussi, la frontière. Car la pénurie d'ovocytes est un réel problème.
Au CHU de Montpellier, il n'y a que 10 donneuses pour 100 demandes.

C'est ce qui a poussé Touria à partir en Espagne. Car elle est victime d'une insuffisance ovocytaire. Pour donner naissance à ces jumeaux, il y a 9 ans, elle a eu besoin d'un don mais elle n'a pas été acceptée dans un centre français. Son cas n'était pas assez sévère, elle n'était donc pas prioritaire. Et quand un second désir d'enfant voit le jour avec son nouveau compagnon, pas question pour elle de renouveler la demande, à l'âge de 40 ans.

Alors les médecins signataires du manifeste veulent que la France donne un coup de pouce aux dons d'ovocytes en organisant des campagnes d'information tout au long de l'année.
Autre proposition : autoriser le stockage préventif des ovocytes.

En France, un couple sur 6 a besoin de la procréation médicalement assisté pour donner la vie.

durée de la vidéo: 03 min 35
Montpellier : la procréation médicalement assistée et la loi française ©F3 LR

René Frydman, gynécologue obstétricien était l'invité du 19/20 de France 3 Languedoc-Roussillon, le 29 avril 2016.

durée de la vidéo: 02 min 31
Loi française et procréation assistée : réaction du professeur Frydman ©F3 LR

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
lgbt+ santé société famille technologies mariage pour tous espagne international catalogne belgique