Les activités sportives maintenues pour les mineurs dans l'Hérault, les clubs et les familles soulagés

L'Hérault fait partie des départements en zone "alerte rouge renforcée". Samedi 26 septembre, les salles de sport et gymnases ont dû fermer leurs portes au public. Seuls les mineurs, manifestement moins touchés par le Covid-19, peuvent poursuivre l'activité sportive.

L'activité sportive continue pour les mineurs.
L'activité sportive continue pour les mineurs. © Franck Detranchant / France Télévisions.
C'est le soulagement pour les responsables de clubs sportifs, les parents et les enfants. Alors qu'un arrêté préfectoral interdit la pratique sportive en intérieur pour les adultes dès ce samedi 26 septembre dans les zones classées "alerte rouge renforcée", les activités sont maintenues pour les moins de 18 ans, dans le cadre scolaire et parascolaire.

Ce week-end, dans un club de sport de Castelnau-le-Lez dans l'Hérault, les sourires pouvaient se lire sur les visages des jeunes sportifs. "Reprendre la gym, ça fait un bien fou pour le corps et ça permet de rester en bonne santé !", se réjouit la pétillante Inès.

Du côté des présidents et entraîneurs, même son de cloche. "C'est une forme de soulagement pour tous les jeunes pratiquants. Les enfants ont besoin d'espaces de liberté. Les clubs essaient de faire au mieux et d'être là pour eux", affirme Jérémy Crespy, président du Team Flying Dragons Club, une association d'arts martiaux acrobatiques et de tricking.

Un avis partagé par Marie Cassard, présidente du Gym Sports Loisirs.

Dès l'échauffement, on voit que les enfants s'amusent, ils se régalent. Et ils écoutent les consignes ! Pour leur bien-être psychologique, et même pour celui des parents et des entraîneurs, c'était la meilleure décision à prendre.

Occuper les enfants et aider les associations

Les parents justement sont les premiers à soutenir la poursuite de la pratique sportive pour leurs enfants. "On était un peu stressé de savoir si ça allait reprendre ou pas", confie la maman d'une jeune gymnaste. "J'aurais été embêtée pour ma fille si ça s'était arrêté : elle voulait garder le contact avec ses amis et elle en a besoin."

À ce besoin de se défouler et de créer du lien s'ajoute bien souvent une contrainte d'emploi du temps : de nombreux parents comptent sur les activités parascolaires pour occuper leurs enfants les mercredis après-midis, quand ils sont au travail.

Une contrainte que le maire de Castelnau-le-Lez, Frédéric Lafforgue, a bien compris. Aux côtés du maire de Montpellier Michaël Delafosse et de la parlementaire Coralie Dubost, il a défendu le maintien des activités sportives pour les mineurs auprès du préfet de l'Hérault.

​​​​​​Il était important que les enfants gardent une pratique sportive bien sûr, mais aussi d'aider le tissu associatif qui est en grande difficulté. Et puis, je préfère qu'on occupe les jeunes, plutôt qu'ils aillent errer dans les rues.

Selon l'édile, les recommandations du Haut Conseil de la santé publique ont joué dans la prise de décision. "On nous explique aujourd'hui que la transmission du virus est faible d'enfant à adulte. Même si bien sûr, tout peut encore évoluer." L'arrêté préfectoral devrait rester en vigueur tant que l'Hérault est placé en zone "alerte rouge renforcée".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport coronavirus/covid-19 santé société famille coronavirus : conseils pratiques