Cet article date de plus de 4 ans

Les "amours" tanguent entre Mohed Altrad et Philippe Saurel, le maire de Montpellier

Est-ce la guerre ou juste une bataille d'égo ? Une chose est certaine, le torchon brûle entre le président du MHR et le maire DVG de Montpellier. Les 2 hommes se parlent désormais à coup de communiqués peu chaleureux. Mais pourquoi ?
Philippe Saurel et Mohed Altrad - aux temps de l'entente parfaite - 2014.
Philippe Saurel et Mohed Altrad - aux temps de l'entente parfaite - 2014. © maxppp


La bataille des communiqués fait rage entre Philippe Saurel et Mohed Altrad


Tout commence officiellement avec une interview de Mohed Altrad dans Midi Libre. Le président du MHR y regrette "l'absence des officiels de Montpellier à Rennes", pour la demi-finale du Top 14 perdue contre Toulon, soulignant au passage que "le sénateur-maire de Toulon était là", lui !.

Un premier point d'aigreur qui a vite fait réagir le maire de Montpellier


Le jour même de la parution de l'article, Philippe Saurel, probablement piqué au vif a réagi :

"Montpellier Méditerranée Métropole, premier financeur du MHR précise, contrairement à ce que le Président du Club a affirmé, qu'Henri de VERBIZIER, Adjoint au Maire à la Ville de Montpellier a représenté Philippe SAUREL, Maire de la Ville de Montpellier lors du match de demi-finale contre Toulon à Rennes ce samedi 18 juin 2016. Par ailleurs, Philippe SAUREL, avait prévu de se rendre, en cas de victoire du MHR, le 24 juin à Barcelone, privilégiant ainsi ce déplacement sur le vernissage de la grande exposition estivale "Frédéric Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme"  prévu ce même jour au musée Fabre de Montpellier.

2e couche de Mohed Altrad qui a noté une contrevérité dans le communiqué de Philippe Saurel


"A l’occasion du dernier communiqué de Philippe Saurel, le MHR tient à exprimer fermement son sentiment de n’être pas soutenu par le Président de la Métropole montpelliéraine. Envoyer le 17ème adjoint de l’annexe de la Métropole pour le représenter lors de la demi-finale à Rennes contre le RC Toulon, qui bénéficiait, lui, de la présence de son maire-sénateur à son côté, n’est pas un signe de soutien. Suivre la finale du Challenge Européen, le 13 mai dernier à Lyon, dans la loge de Gérard Collomb, Président de la Métropole de Lyon, plutôt que répondre favorablement à l’invitation du MHR, n’en est pas un non plus. Le club et les joueurs, qui représentent un territoire et une ville, ont besoin d’un véritable soutien de la part de la Métropole. Contrairement à ce que laisse entendre M. Saurel, ce n’est aujourd’hui pas le cas.

Par ailleurs, dans son communiqué en date du 20 juin, M. Saurel présente Montpellier Méditerranée Métropole comme le «premier financeur du MHR». Ce n’est pas la première fois que des erreurs ou des approximations se glissent dans ses déclarations. Cette fois, le club se voit dans l’obligation de rectifier cette contrevérité. Le premier financeur du MHR n’est nullement la Métropole mais bien M. Mohed Altrad et le Groupe ALTRAD. Pour la saison 2015/2016, par exemple, à hauteur de 5 millions d’euros contre 1,7 million d’euros pour la Métropole. Le delta est suffisamment grand pour ne pas se tromper. Il est d’ailleurs singulier que M. Saurel revendique le financement du MHR lorsque l’on sait que le soutien financier au MHR a diminué, cette saison, de 16% pour la Métropole et de 50% pour la ville, et ce contrairement à sa promesse du 26 Mai 2015 devant plusieurs centaines de personnes!".

Bon ! On l'a compris rien ne va plus entre les 2 hommes.

Pourquoi ? Mystère. La volonté de Mohed Altrad de racheter le stade du même nom est peut-être une piste à suivre.

Déjà en 2014, une polémique avait éclaté entre Mohed Altrad et le président de l'Agglo de l'époque, Jean-Pierre Moure, pour les mêmes raisons. Sur fond de, "le Top 14 perdra-t-il Montpellier ? Le spectre est ouvertement brandi par le président du club, qui se considère insuffisamment soutenu par l'agglomération et affirme que le dépôt de bilan est en jeu, à quelques semaines des municipales.". Des communiqués avaient circulé pour dénoncer des subventions suspectes, et réclamer plus d'argent public.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montpellier hérault rugby rugby sport politique philippe saurel polémique société