• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Athlétisme : le Montpelliérain Kevin Mayer participera bien au Décastar de Talence

Kevin Mayer après son échec au saut en longueur lors des championnats d'Europe d'athlétisme à Berlin le 7 août 2018. / © ANDREJ ISAKOVIC / AFP
Kevin Mayer après son échec au saut en longueur lors des championnats d'Europe d'athlétisme à Berlin le 7 août 2018. / © ANDREJ ISAKOVIC / AFP

Après la déception, il faut rebondir : Kevin Mayer sera bien à Talence en septembre pour participer au Decastar. L'athlète montpelliérain n'en était pas sûr, après son échec aux championnats d'Europe à Berlin.

Par RD avec AFP

Le doute planait après sa contre-performance aux championnats d’Europe d’athlétisme de Berlin, mais Kevin Mayer participera bien au Décastar de Talence (Gironde) les 15 et 16 septembre.
 


"J'ai pris du temps pour réfléchir, seul, dès que j'ai raté mon décathlon. Je devais savoir si moi j'en avais envie, et ne pas être influencé par le désir des autres de me voir concourir", a expliqué l’athlète, qui s’entraîne à Montpellier, lors d'un point presse dans la capitale allemande. 

"Je me suis rendu compte que j'avais besoin de m'exprimer, la saison n'était pas terminée. Je serai à Talence dans le même état d'esprit que celui de Berlin, me faire aussi plaisir. J'ai un mois pour être encore plus en forme", a expliqué le vice-champion olympique de Rio-2016.
 

"J'ai eu un accroc avec le décathlon et il me manque déjà"


"J'avais prévu de partir dans les Pyrénées, de faire quelque jours de vacances à droite et à gauche. Je ne vais pas changer, mais au lieu d'aller au restaurant le soir j'irai à l'entraînement le matin", a précisé Mayer, également champion du monde et continental de l'heptathlon.

"Ça fait très longtemps que je n'avais pas autant envie de faire un décathlon, j'ai eu un accroc avec le décathlon et il me manque déjà", a souligné le Montpelliérain de 26 ans. 

Hors grand championnat, le Français ne s'était plus aligné à un décathlon depuis Götzis (Autriche), fin mai 2016, où il s'était qualifié pour les Jeux de Rio.

Mayer est également revenu sur son zéro au saut en longueur. "A chaque essai, j'ai eu l'impression d'avoir du vent de face et je poussais plus, alors que j'avais du vent de dos, du vent tourbillonnant, difficile à interpréter".

 

 

Sur le même sujet

De la source du Danube au Grau-du-Roi en kayak : une aventure de plus de 7 000 km

Les + Lus