Coronavirus : une nouvelle aide à la distillation de crise soulage les viticulteurs de l’Hérault

Les viticulteurs font face à la crise sanitaire. Dans l’Hérault, les cuves sont encore pleines alors que les vendanges ont débuté. Résultat : plus de 400 vignerons misent sur la distillation pour écouler les stocks. Le Département a annoncé une aide de 700 000 euros.
Illustration.
Illustration. © Rémy PERRIN / MAXPPP.
Après le Brexit et les taxes Trump, les viticulteurs de l’Hérault font face à la crise sanitaire.

Pendant le confinement, les hôtels, bars et restaurants ont fermé leurs portes et parallèlement à la baisse des ventes de vin, les stocks des vignerons se sont accumulés.

Aujourd’hui, alors que les vendanges ont commencé, les cuves sont déjà pleines et il faut les vider par le biais du processus de "distillation de crise". En Occitanie, les vignerons indépendants et les caves coopératives ont débuté l’écoulement des stocks. Dans l’Hérault, des milliers d’hectolitres doivent être évacués, distillés. "Ce processus de distillation de crise existe mais reste très rare" précise Luc Cauquil, le directeur du syndicat des vignerons indépendants de l’Hérault.

François-Régis Boussagol, le président du syndicat et vigneron à Quarante, près de Béziers, a déjà vécu cette situation. "C’est déjà arrivé en 1985" confie-t-il à France 3 Occitanie.

Sans cette distillation, nous aurions pu vivre une chute des cours.

Le vigneron, spécialiste de la vente en vrac, écoulera au total 2 500 hectolitres.

J’ai évité la catastrophe grâce à la distillation.

450 000 hectolitres à distiller dans l'Hérault

Dans l’Hérault, 440 vignerons et caves coopératives écoulent leurs stocks depuis plusieurs semaines. La "distillation de crise" devrait s’achever fin mars. "Chaque entreprise a un quota d’excédents à éliminer" affirme Luc Cauquil. "La distillerie vient retirer le vin, reçoit une aide de l’Etat et paie le producteur."

Le prix de l’hectolitre dépend de la provenance du vin. Les vins sans indication géographique (VSIG) sont payés 58 euros l’hectolitre au producteur. Quant aux AOP (Appellation d’Origine Protégée) et IGP (Indication Géographique Protégée), le producteur reçoit 78 euros par hectolitre.

2 euros supplémentaires par hectolitre

Dans l’Hérault, les producteurs reçoivent désormais 2 euros de plus par hectolitre de la part du Département de l'Hérault, ce qui était "un souhait de la part de tous les professionnels français" selon Luc Cauquil, le directeur du syndicat des vignerons indépendants de l’Hérault.

Après l’Europe, l’Etat et la Région Occitanie (Carole Delga, la présidente de la Région a promis une aide de 14 millions d’euros, financée à part égale par le conseil régional et l’interprofession), c’est au tour du Département de l’Hérault plusieurs aides dont une dédiée à la distillation.

Pour une meilleure valorisation du prix de ce vin vendu pour la distillation, le Département souhaite contribuer à hauteur de 2 euros par hectolitre distillé…

… Avec un budget de 700 000 euros, voté en session publique le 14 septembre 2020, diffusée en direct sur les réseaux sociaux.
 

"Loin d'être sortis d'affaire"

"Cette aide nous fait le plus grand bien car finalement, on se rapproche bien de nos prix" confie François-Régis Boussagol, le président du syndicat des vignerons indépendants de l’Hérault. "Mais on reste sur nos gardes" ajoute Luc Cauquil, le directeur du syndicat. "Notre avenir dépend de la suite des évènements. Nous sommes loin d’être sortis d’affaire."

Au total, 450 000 hectolitres sont destinés à être distillés dans le département, en deux phases. En effet, les viticulteurs français avaient estimé les besoins en distillation à 3 millions d’hectolitres. L’Europe, qui finance le projet à hauteur de 145 millions d’euros, ne leur en avait pas accordé autant dès le départ. Résultat : il faut le faire en plusieurs fois.

Du vin transformé en gel hydroalcoolique

Si ce processus reste très rare, la distillation a aussi un usage industriel, telle que la production de carburants ou encore de produits pharmaceutiques. Aujourd’hui, le vin pourrait être utilisé dans la production de gel hydroalcoolique.

Au total en France, 2,6 millions d’hectolitres de vin ont vocation à être distillés.

En plus de cette aide à la "distillation de crise", le Département de l’Hérault annonce débloquer 250 000 euros pour "financer la main d’œuvre pour les travaux de vendanges en s’engageant à maintenir le RSA pour les non-salariés agricoles qui pourraient y participer."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vins culture gastronomie covid-19 santé société finances économie emploi