Gilets jaunes à Montpellier : une plainte déposée pour violences policières

Suite à la manifestation des gilets jaunes samedi 9 novembre à Montpellier, une plainte vient d'être déposée pour violence policière avec saisine de l'IGPN. Six manifestants avaient été blessés.   / © FTVI
Suite à la manifestation des gilets jaunes samedi 9 novembre à Montpellier, une plainte vient d'être déposée pour violence policière avec saisine de l'IGPN. Six manifestants avaient été blessés.   / © FTVI

Suite à la manifestation des gilets jaunes samedi 9 novembre à Montpellier, une plainte vient d'être déposée pour violences policières avec saisine de l'IGPN. Six manifestants avaient été blessés.  

Par Olivier Le Creurer

Samedi dernier, un millier de gilets jaunes avait répondu à l'appel national : "on a été nassés de tous les côtés, on nous interdit de manifester", expliquait une participante au micro de France 3 Occitanie. Sur les images, on peut constater qu'un couple reçoit des coups de matraque. L'homme entoure la femme au sol. Il s'agit d'un frère qui tente de protéger sa petite soeur : "ma petite soeur 1,50m et 50 kg, j'étais dessus pendant qu'ils nous tabassaient".
 
Dès que les manifestants s'approchaient des barrages, les policiers les chargaient. Les manifestants ont dû subir un contrôle d'identité systématique pour pouvoir sortir de la nasse. Une stratégie anticipée : "les forces de l'ordre assument leur action. C'était préparé. L'idée n'est pas du tout de partir sur un blocage violent mais bien de neutraliser une manifestation qui n'est pas autorisée", expliquait Bruno Bartocetti, secrétaire régional SGP Police FO. 

Il me met un coup de matraque dans la colonne vertébrale et là, j'ai cru que j'étais paralysée


Ce matin, sa soeur blessée a porté plainte pour violences policières avec saisine de l'IGPN (inspection générale de la police nationale) pour que des sanctions disciplinaires soient prises par le Préfet de l'Hérault.

Elle raconte: "On s'est fait chargé. Je sens les coups, un fort coup dans mon genou. Je crie et je perds l'équilibre. Je me retrouve au sol et là il me met un coup de matraque dans la colonne vertébrale et là, j'ai cru que j'étais paralysée.
 

 

Cette action est soutenue par une trentaine d'associations parmi lesquelles La ligue des droits de l'homme, Médecins du monde, la CIMADE ou Amnesty international : "Soit la police est hors contrôle, soit l’Etat organise les violences policières. Nous exigeons des mesures disciplinaires et conservatoires immédiates à l’encontre des deux policiers de la BAC ayant violemment matraqué deux personnes pacifiques (mains levées) l’une à la tête et l’autre alors qu’elle était au sol".
La police a procédé à des contrôles d’identité lors du rassemblement devant la préfecture.  / © S. Banus / FTVI
La police a procédé à des contrôles d’identité lors du rassemblement devant la préfecture.  / © S. Banus / FTVI

La police a procédé à des contrôles d’identité lors de la conférence de presse devant la préfecture. Le Préfet n'a pas souhaité réagir à ce dépôt de plainte.

Sur le même sujet

Les + Lus