Hérault : à cause d’une pollution, les compagnons de Maguelone suspendent leur activité

Les compagnons de Maguelone est une association qui emploie 26 travailleurs handicapés : ils produisent des huîtres et des moules collectées dans l'étang du Prévost. / mars 2019. / © N. Chatail / France 3 LR
Les compagnons de Maguelone est une association qui emploie 26 travailleurs handicapés : ils produisent des huîtres et des moules collectées dans l'étang du Prévost. / mars 2019. / © N. Chatail / France 3 LR

Les compagnons de Maguelone devaient fêter leurs 50 ans d’existence. Un anniversaire gâché par la suspension de leur activité à cause d’une pollution de l’étang du Prévost entre Palavas-les-Flots et Villeneuve-lès-Maguelone.

Par Olivia Boisson


Les compagnons de Maguelone est une association qui emploie 26 travailleurs handicapés. Ils produisent des huîtres et des moules collectées dans l’étang du Prévost entre Palavas-les-Flots et Villeneuve-lès-Maguelone. 20 tonnes d’huîtres et de moules par an !

L’étang du Prévost a été touché par une pollution Escherichia Coli et déclassé en catégorie C pour trois ans. Résultat : l’activité est suspendue pour plusieurs années. Ludovic Chalton, depuis 17 ans au service des compagnons, ne sait pas quoi faire de son avenir.

Des conséquences catastrophiques

Pour l’établissement, cette nouvelle est une catastrophe, comme nous l’explique Frédéric Vabre, le directeur des établissements des Compagnons de Villeneuve les Maguelone.

Cela fait 45 ans que le magasin vend des huîtres et du poisson. Pour le poisson, on continue, mais l'huître, c'est fini. 

L’origine de la contamination encore inconnue

Les services de l’Etat cherchent toujours l’origine de la contamination. Lorsque nos journalistes se sont rendus sur place, ils ont constaté des travaux en cours sur l’Emissaire qui achemine les eaux usées au large et qui traverse la lagune. Contactée, la responsable de l’assainissement de la Métropole de Montpellier a répondu que l’Emissaire est en parfait état, aucun rapport selon elle, donc. En 2018, les dysfonctionnements de la station Maéra avec des rejets dans le Lez étaient également pointés du doigt.

Laurent Beaumel, Nicolas Chatail et Stéphane Janneau.

 

Sur le même sujet

Les + Lus