“Il a pris un bol en pleine poire,” un surveillant blessé à la prison de Villeneuve-lès-Maguelone alors qu’il tentait de désamorcer un conflit entre deux détenus

Une nouvelle agression de trop pour le syndicat FO, qui ne décolère pas et s'inquiète de voir les agressions se multiplier alors que le renfort des élèves surveillants de l'École d'Administration Pénitentiaire touchera à sa fin dans quelques jours.

Tous les jours, des conflits éclatent”, Les syndicats de la prison de Villeneuve-les-Maguelone dénoncent depuis des mois la surpopulation carcérale et le manque d'effectifs.

Depuis janvier 2024, chaque mois, à l'appel du syndicat FO,  les gardiens de la prison de Villeneuve-lès-Maguelone, près de Montpellier, bloquent l'accès à l'établissement. Au quotidien, les surveillants tentent d'apaiser les situations conflictuelles avec les prisonniers.

"Le 23 avril 2024, lors de la distribution des repas, un gardien a essayé de désamorcer une altercation entre deux détenus en isolant l'un d'eux. Lors de cette intervention, un surveillant a reçu un bol en plein visage".  Refus d'obtempérer, provocations, menaces, de nombreuses agressions ont éclaté ce même jour, selon le syndicat FO, qui tire la sonnette d'alarme.

En 2022, le syndicat UFAP a dénoncé 4 911 cas de violences physiques à l'encontre du personnel au niveau national, soit une augmentation de 27% par rapport à 2021. Selon le syndicat FO, la situation s'est aggravée avec l'arrivée quotidienne de nouvelles personnes écrouées et le manque de personnel.

Nous avons actuellement 936 détenus pour une capacité de seulement 637 places, et chaque jour nous accueillons de nouvelles personnes écrouées.

Étienne de Sinno

délégué FO

Climat de tensions

Avec l'utilisation des bracelets électroniques et les placements extérieurs en semi-liberté, le centre pénitentiaire de Villeneuve-lès-Maguelone gère actuellement 1380 détenus. Cette surpopulation entraîne une augmentation des actes de violence dans les établissements pénitentiaires, avec une multiplication des phénomènes de bande et des tensions humaines importantes.

"Une cellule de 9m² est prévue pour une seule personne, mais nous avons actuellement entre 3 et 4 personnes enfermées, certaines devant dormir sur des matelas posés à même le sol. La cohabitation est très difficile", déclare Étienne de Sinno, délégué FO.

Selon lui, la prison de Villeneuve-lès-Maguelone est celle qui souffre le plus du manque de personnel de surveillance en France. 

On ne peut jamais prévoir ce qui nous attend. Les problèmes commencent tôt, souvent dès le début de la journée, et il s'agit généralement de mésententes entre les détenus à gérer. Il faut constamment négocier avec eux pour qu'ils s'entendent, gérer leurs humeurs changeantes. Les agressions de toutes sortes, les bagarres pendant les promenades... Nous ne sommes plus respectés ! Nous n'avons aucun répit !

un surveillant

Crainte d'émeutes

Le 4 mai 2024, la mission des élèves surveillants de l'école d'administration pénitentiaire touchera à sa fin. Huit d'entre eux sont actuellement en renfort au sein de la prison héraultaise, et selon le syndicat FO, leur départ va accroître un climat de tension déjà précaire. Le syndicat a déjà alerté les autorités publiques à ce sujet et prévoit d'intensifier les actions de blocage au sein de la prison

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité