INSOLITE. Drogue : quand les gendarmes sont accusés d'envoyer pointer au chômage un automobiliste contrôlé positif au volant

Contrôlé positif aux stupéfiants, le conducteur d'un véhicule au contrôle technique périmé est interpellé par la gendarmerie de l'Hérault. Sur les réseaux sociaux, les forces de l'ordre racontent l'intervention, toujours avec humour.

Dédé a encore frappé ! Le feuilleton continue. Ce mercredi 24 avril 2024, les gendarmes de l'Hérault ont donné des nouvelles du célèbre "délinquant" de la route.

Régulièrement, sur les réseaux sociaux, les gendarmes de l'Hérault racontent les aventures de Dédé, au gré de leurs interventions. Un jour, Dédé est en excès de vitesse, le jour d'après, Dédé fait des roues arrière sur sa moto ou se gare sur une place réservée aux personnes handicapées et cette fois-ci "il était très en forme".

Positif aux stupéfiants

Samedi 20 avril, les gendarmes arrêtent un homme au volant de sa voiture.

Rapidement, celui-ci est "contrôlé positif aux stupéfiants" et sa voiture, dont le contrôle technique est périmé "depuis deux ans" est donc "mise en fourrière".

Multirécidiviste

La suite de l'histoire prend une tournure inattendue lorsque le contrevenant remet en doute le contrôle effectué par les militaires, sans doute par "manque de confiance envers la procédure", écrivent avec humour les gendarmes.

Enfin, parce que l'automobiliste, visiblement "multirécidiviste", "n’est pas du genre à assumer ses bêtises, il a expliqué à nos gendarmes qu’ils seraient donc responsables de sa future réinscription à France travail ! Sacré DÉDÉ…tu es STUuuuuupéfiant", concluent les gendarmes dans leur post sur Facebook.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité