• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Lunas : 50 personnes réunis pour une action contre le fonctionnement d’éoliennes industrielles

Une cinquantaine de personnes rassemblées pour le "démontage symbolique" des éoliennes Barnargues - 28 avril 2018 / © France 3 LR / Jean-Michel Escafre
Une cinquantaine de personnes rassemblées pour le "démontage symbolique" des éoliennes Barnargues - 28 avril 2018 / © France 3 LR / Jean-Michel Escafre

Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées ce samedi pour une action symbolique de démantèlement d’éoliennes industrielles sur le site de Bernargues, dans le massif de l’Escandorgues dans l'Hérault où sept éoliennes fonctionnent sans permis de construire.

Par Joane Mériot

A Lunas, une commune située au nord-ouest de Lodève dans l'Hérault, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées ce samedi 28 avril pour une journée de mobilisation contre le fonctionnement d'une centrale de 7 éoliennes à Bernagues, dans le massif de l'Escandorgue. 


Nos reporters Jean-Michel Escafre et Marianne Cazaux étaient sur place :

Lunas : 50 personnes réunis pour une action contre le fonctionnement d’éoliennes industrielles
Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées ce samedi pour une action symbolique de démantèlement d’éoliennes industrielles sur le site de Bernargues, dans le massif de l’Escandorgues dans l'Hérault où sept éoliennes fonctionnent sans permis de construire. - France 3 LR - Jean Michel Escafre et Marianne Cazaux


Selon le collectif à l'origine de la mobilisation, Collectif pour la protection des paysages et de la biodiversité Hérault-Aveyron, ce parc éolien fonctionne malgré une annulation définitive de son permis de construire par le Conseil d'Etat le 8 novembre 2017. 

Ce permis a été annulé pour la deuxième fois en novembre 2017. La société ERL ( Énergie renouvelable du Languedoc )  n'aurait jamais dû construire ces sept éoliennes pour plusieurs raisons : 

Car, ce permis viole le Plan Local d'Urbanisme, il ne tient pas non plus compte de la présence d'animaux protégés en l'occurrence un coupe d'aigles royaux qui risque la mort par collision, il occulte l'existence d'un couloir de migration des grands rapaces et vautours, et il y a un peu plus de deux ans maintenant la construction de ces éoliennes a été faite de nuit allant à l'encontre de la décision du tribunal administratif.

Malgré cette deuxième annulation, les sept éoliennes fonctionnent toujours. Plusieurs collectifs réclament “l'arrêt total de ces éoliennes illégales en attendant leur démontage.” Ils ont donc décidé un “démontage symbolique” et un accueil en chanson avec un “Vive le vent très spécial”.




Sur le même sujet

Interview de Christophe Barret

Les + Lus