Mauguio et Mudaison : des vergers et des vignes de l'Hérault décimés par la grêle

Un déluge d'eau et de grêle s'est abattu au soir du 3 juillet 2019 aux portes de Montpellier. Au lendemain de cet épisode météo d'une rare intensité pour la saison, les agriculteurs et les viticulteurs n'ont pu que constater les dégâts, notamment du côté de Mauguio et de Mudaison.

Pommes grêlées à Mudaison (Hérault) le 4 juillet 2019
Pommes grêlées à Mudaison (Hérault) le 4 juillet 2019 © Thierry Will, France 3 Occitanie
Lu côté de Mudaison (Hérault), la récolte de pommes devait avoir lieu en août, mais la grêle du 3 juillet en a décidé autrement. Les cinquante hectares de verger du domaine du Bosc ont été touchés par l'orage. La productrice, Sophie Villiet, accuse le coup :
 

C'est le travail de toute une année, beaucoup d'investissements qui partent en quelques minutes, ça fait mal au cœur !


Les vignes touchées aussi


Du côté des vignes, même constat : 40% du raisin est perdu. Les grains sont percés et les grappes pourrissent. Sophie Villiet doit à présent se renseigner sur les aides prévues. Rémi Dumas, le secrétaire général des Jeunes Agriculteurs de l'Hérault, espère obtenir des dégrèvement sur le foncier non bâti, une enveloppe exceptionnelle de prise en charge des cotisations salariales et patronales. En attendant, le syndicat soutient moralement les sinistrés.
 
Hérault : des vergers et des vignes décimés par la grêle ©France 3 Occitanie


Des fruits impropres aussi à la fabrication de jus et compotes


C'est aussi une catastrophe pour la coopérative de secteur Mudaison/Mauguio. La grêle a stoppé la croissance des fruits des coopérateurs. Et à cause du manque de sucre, ils ne pourront même pas servir à la fabrication de jus ni de compotes.  


Installation de filets de protection


Seuls deux hectares du verger de Sophie Villiet ont été épargnés grâce aux filets qui surplombent et protègent les pommiers. A l'avenir, elle envisage de recouvrir le reste de ses parcelle pour sauver les prochaines récoltes. Un coût supplémentaire pour cette productrice qui a presque tout perdu.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie météo climat environnement société