Montpellier : 16 blessés dans une bagarre après l'attaque d'un car de supporters de foot de Bordeaux se rendant au stade

Avant le match de Ligue 1 entre Montpellier et Bordeaux mercredi 22 septembre, des échauffourées ont éclaté entre des supporters montpelliérains armés de barres de fer et des Bordelais. Les fans du MHSC ont caillassé le car des visiteurs puis une rixe a suivi. Le club girondin va déposer plainte.

Un car de supporters bordelais a été caillassé et est tombé mercredi 22 septembre dans un "guet-apens" organisé par certains de leurs homologues montpelliérains. Cette attaque a conduit à une rixe générale qui a fait 16 blessés légers, en marge du match nul (3-3) à domicile de Montpellier face à Bordeaux, dans le cadre de la 7e journée de Ligue 1.

Les faits se sont produits après le péage de Saint-Jean-de-Védas. Sur les 16 blessés, 6 ont été transportés au CHU de Montpellier.

"Des sanctions fermes seront prises contre ces hooligans"

Le préfet de l'Hérault, Hugues Moutouh, a condamné "très fermement ces actes d'une grande violence" et a assuré dans un communiqué "que toutes les mesures nécessaires seront prises pour durement sanctionner et interdire de stade ces hooligans". Ces derniers avaient des fumigènes, des barres de fer et ont invectivé les passagers qui sont descendus du car, l'incident se transformant alors en rixe générale, ont rapporté la police et la préfecture.

Le président des Girondins de Bordeaux, Gérard Lopez, a réagi sur Twitter mardi soir. "La violence n’a rien à faire dans le sport et je la condamne fermement. Plein soutien aux supporters et aux blessés, le club se tient à leur côtés.".

Une plainte va être déposée

Selon Sud Ouest, le club bordelais va déposer une plainte contre X ce jeudi 23 septembre. "C’est inadmissible. Ce genre de choses ne devrait pas se passer", a déclaré à nos confrères le défenseur girondin Enock Kwateng après la rencontre.

"Un bus de supporters bordelais a été victime d'un véritable guet-apens de la part de supporters de l'Hérault qui les attendaient à un rond-point, peu après la sortie de l'autoroute" à l'entrée de Montpellier, a expliqué à l'AFP une porte-parole de la police locale. 

Le car est ensuite reparti vers son point d'arrivée aux abords du stade de la Mosson, où les pompiers ont pris en charge les blessés. Un premier bilan faisait état de 16 blessés légers, selon les secours.

Aucune interpellation n'a eu lieu à ce stade, précise encore la police qui cherche à identifier les auteurs.

Après une saison sans public dans les stades, les violences entre supporters se sont multipliées en Ligue 1 ces dernières semaines. Déjà à la Mosson lors de la réception de Marseille pour la première journée de Ligue 1, des projectiles avaient été lancés sur les joueurs olympiens et le match avait été arrêté quelques minutes. Deux tribunes de la Mosson sont toujours fermées à la suite de ces incidents.

Hugues Moutouh, préfet de l'Hérault : "Il faut traiter le hooliganisme comme une sorte de lèpre du football"


Ce jeudi matin, le préfet de l'Hérault a réagi à nouveau aux incidents et à la rixe de la veille.

"Ce sont des incidents extrêmement graves, inadmissibles. Un bus du supporters s'est arrêté sur la voie, il y a eu une fight de hooligans entre une soixantaine de personnes du bus et des assaillants sans doute originaires des ultras de Montpellier. C'est grave, je ne sais pas encore qui est le premier responsable. Ce ne sont pas des amateurs de foot, mais de violence, on doit les considérer comme tel. Une enquête est en cours pour établir les responsabilités, l'identité des personnes impliquées.

Un bus de supporters a été stoppé par des véhicules juste avant d'arriver au stade après le péage à l'entrée de Montpellier. Des supporters bordelais sont descendus au contact de hooligans montpelliérains et un combat de rue avec fumigènes, cagoules et barres de fers devant les yeux ébahis des automobilistes. On a l'identité des personnes blessées, soit traitées soit hospitalisées. On n'est pas blessé quand on est un passant.

Les fautifs seront déférés devant la justice et seront je l'espère lourdement condamnés. Je compte prendre des interdictions individuelles de stade. Plus globalement, interdire la venue de supporters ultras girondins à Montpellier lors des prochaines rencontres. Quand on se rend à un match, on ne vient pas avec une cagoule et une barre de fer. On a à faire à des délinquants, des voyous.

Je ne sais pas si on peut parler de guet-apens, il est tout à fait possible qu'une rencontre en vue d'un combat ait été décidé, programmé, je mets tout le monde dans le même sac. Est-ce qu'il y a eu un caillassage ? Vraisemblablement. Des supporters ultras girondins sont descendus du bus avec des armes, des fumigènes, on a là un acte prémédité.

Cela faisait assez longtemps qu'à Montpellier, on n'avait pas assisté à de telles scènes de combats de rue. Les enceintes sportives sont faites pour accueillir des passionnés, des familles et non pas des guerriers, il y a d'autres arènes pour ça. Il faut avoir la main lourde pour prévenir de futurs troubles. Il faut traiter le hooliganisme comme une sorte de lèpre du football. Je ne souhaite pas à l'avenir qu'il y ait d'autres manifestations de violences à Montpellier.".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport ligue 1 faits divers montpellier hérault sc girondins de bordeaux police société sécurité