Montpellier: le collectif " Danger Loi Sécurité Globale" maintient ses actions ce samedi 5 décembre en centre ville

Alors que le préfet de l'Hérault a interdit toute manifestation à la demande des commerçants ce samedi dans le centre-ville de Montpellier, le collectif " Danger Loi Sécurité Globale" maintient ses actions pour informer la population avec des tracts et une conférence de presse. 
Une des pancartes contre la loi de sécurité globale, lors de la dernière manifestation à Montpellier le 28 novembre 2020.
Une des pancartes contre la loi de sécurité globale, lors de la dernière manifestation à Montpellier le 28 novembre 2020. © T.Will/FTV
Pas de cortège de manifestants dans le centre ville de Montpellier ce samedi 5 décembre ! Ainsi en a décidé le préfet de l’Hérault qui a pris dans l'urgence la veille un arrêté pour interdire toutes les manifestations ce samedi après-midi entre 14h et 18h dans la vieille ville, l'Esplanade et la Comédie à Montpellier.
 
Message entendu par le collectif «  Danger Loi Sécurité Globale » qui a organisé les dernières manifestations : près de 5000 personnes avaient défilé dans le centre-ville fin novembre. Pour autant, le collectif qui rassemble plus de 60 organisations citoyennes, syndicales ou politiques, a décidé de maintienir deux actions : Un drone géant et une longue banderole avec les portraits des 388 députés qui ont voté en faveur de la loi Sécurité Globale a été déployée sur le parvis en début d'après-midi.
 
Les portraits des 388 députés qui ont voté la loi sécurité globale ont été affichés sur la place de la Comédie à Montpellier par un groupe inter-organisations en lutte contre cette loi, dans le secteur de Montpellier.
Les portraits des 388 députés qui ont voté la loi sécurité globale ont été affichés sur la place de la Comédie à Montpellier par un groupe inter-organisations en lutte contre cette loi, dans le secteur de Montpellier. © S.Nedjar/FTV

Le collectif avait demandé à une trentaine de dessinateurs indépendants ont brosser les portraits de ces "députés de la honte",  
"Montrons les, sachons qui a voté car nous aussi nous votons !!!" peut-on lire sur la page web dédiée à cet événement.
 
La conférence de presse, menée elle aussi sur le parvis, a attiré des centaines de personnes. Ces événements revendicatifs se sont déroulés dans le calme jusqu'à 17 heures. 
 
Prise de parole contre la loi de Sécurité Globale sur le parvis Comédie Montpellier, ce samedi 5 décembre.
Prise de parole contre la loi de Sécurité Globale sur le parvis Comédie Montpellier, ce samedi 5 décembre. © S.Nedjar/FTV

 

 Campagne d’information

 

Notre objectif, c’est avant tout d’informer les gens sur cette loi. Nos actions restent dans le cadre légal.

Sophie Mazas, collectif " Danger Loi Sécurité Globale"



"Nous voulons informer les citoyens non seulement sur l’article 24 qui interdit de filmer la police, mais aussi sur l’article 22 qui permet l’usage de drone et l’article 21 sur la reconnaissance faciale, sans oublier le continuum sécurité qui va armer les agences de sécurité privées avec des teasers ou des LBD" explique Sophie Mazas, présidente de la LDH 34 qui fait partie du collectif.

La CGT 34, qui soutient les actions du collectif, devait également participer à la distribution de tracts.

Rassemblement à 11 heures devant la mairie de Montpellier

Un appel à manifester avait aussi été lancé par un groupe de gilets jaunes : sur leur page Facebook,  les gilets jaunes Rond-point Près d'Arènes invitaient la population à se rassembler plus tôt,  à 11 heures sur le parvis de l’hôtel de ville de Montpellier.

Près de 200 personnes ont répondu à l'appel en fin de matinée, dont des membres de la CGT, FO et Amnesty International. 

Interviewé sur place par notre équipe de France 3 Occitanie, Daniel, qui se présente comme photographe indépendant, a estimé que cete faible mobilisation était liée à la précipitation avec laquelle cette manifestation excentrée avait dû s'organiser, suite à l'interdiction préfectorale. 
 

Il était impensable de ne pas manifester à Montpellier ce samedi alors qu'il y a eu un appel national et que la semaine dernière il y avait 6000 manifestant dans les rues! "

Daniel, manifestant contre la loi sécurité globale

 

Près de 200 personnes se sont rassemblées en fin de matinée devant la mairie de Montpellier pour manifester contre la loi de Sécurité globale, ce samedi 5 décembre.
Près de 200 personnes se sont rassemblées en fin de matinée devant la mairie de Montpellier pour manifester contre la loi de Sécurité globale, ce samedi 5 décembre. © S.Nedjar/FTV

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social sécurité société police politique