Montpellier : convoqués au tribunal pour avoir trop donné à manger à des chats

Deux membres de l'association Coeurs de Matous se sont retrouvés devant la justice. Il leur est reproché de donner à manger aux chats de la résidence, où ils vivent à Montpellier, de façon anarchique. 

Sylvianne Nicolon nourrit les chats de la résidence du Mas Drevon depuis quelques années déjà - septembre 2020
Sylvianne Nicolon nourrit les chats de la résidence du Mas Drevon depuis quelques années déjà - septembre 2020 © FTV / C. Barbet
C’est une histoire qui oppose les résidents du quartier Mas Devron à Montpellier depuis près de deux ans : d’un côté Sylviane Nicolon et Hervé Scebath, de l’association Cœurs de Matous, une association de défense des animaux, de l’autre le Syndic de copropriété FDI-ICI de la résidence Mas Drevon. L’objet de leur opposition : les chats de la résidence.

Depuis qu’ils vivent ici, dans la résidence Mas Drevon, Sylviane et Hervé s’occupent de nourrir les chats du quartier : "Ce sont des chats stérilisés, on ne peut pas les laisser mourir de faim, de soif. On ne peut pas faire ça, nous on en prend soin de ces chats de façon à ce qu’il n’y ait pas de maladies", confie Sylvianne.

Un nourrissage trop anarchique


Avant, au sein de la résidence, il y avait des espaces verts, c’est ici que Sylviane et Hervé déposaient la nourriture pour les chats. Mais depuis quelques années, ces espaces ont été grillagés. Depuis, le couple déposent des coupelles avec des croquettes et de l’eau dans les buissons ou sur les trottoirs.

Pourtant, sur le site de la mairie et selon l’article 120 du règlement sanitaire départementale : "Il est interdit de jeter ou déposer des graines ou nourriture en tous lieux publics pour y attirer les animaux errants, sauvages ou redevenus tels, notamment les chats et les pigeons ; la même interdiction est applicable aux voies privées, cours ou autres parties d’un immeuble lorsque cette pratique risque de constituer une gêne pour le voisinage ou d’attirer les rongeurs."


Les membres du Syndic de copropriété leur reproche de nourrir les chats de façon anarchique, ce qui selon eux, fait venir d’autres nuisibles au sein de la résidence comme des pigeons, des rats, des souris mais pas que :

"On trappe depuis à peu près deux ans et on stérilise les chats sur les parties communes, avec la mairie et une autre association en lien avec la mairie, depuis des années on les vaccine. Les nourrir ce n’est pas les soigner et ça ne permet pas de contrôler la population. En les nourrissant comme ça, cela nous empêche de les attraper et donc de les vacciner et de les stériliser,"  nous dit Cédric Pedousseaut, gestionnaire de copropriété FDI-ICI.

Une fois attrapés, ces chats sont vaccinés puis adoptés s'ils sont adoptables ou alors remis à la rue. 

3500 euros d'amende

Alors en juin dernier, faute de trouver un arrangement avec les résidents, les membres du Syndic de copropriété ont décidé de porter l’affaire devant la justice. Le 18 juin dernier, le tribunal des référés a été saisi, et ce mercredi les deux membres de l’association Cœur de Matous étaient convoqués.

Ils encourent une amende de 3500 euros et 200 euros en plus par jour s’ils continuent de donner à manger aux chats. Le délibéré sera rendu le 21 octobre prochain.


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vie associative société solidarité animaux nature police sécurité justice faits divers