Montpellier : une start-up se lance dans la location de vélos et trottinettes électriques pour les entreprises

Introduire de la micro-mobilité dans les entreprises pour favoriser le transport durable des salariés, c'est le pari que s'est lancée une start-up de Montpellier, Trivia-Mobility. Elle loue aux employeurs des vélos et des trottinettes électriques destinés à l'ensemble de leur entreprise.

Dans les agglomérations ou les centres urbains, tout le monde connaît les services de location individuelle de vélos électriques ou de trottinettes électriques. Un moyen de mobilité douce pour pallier l’utilisation de la voiture en ville.
Une jeune start-up de Montpellier tente d’introduire de la micro-mobilité au sein d’entreprises, de collectivités ou de copropriétés, en leur louant un produit clef en main avec un box ou un casier connecté et de nombreux services, le tout destiné à l’ensemble de leur personnel ou des résidents.

Un plus : de nombreux services

Trivia-Mobility dépose dans les entreprises, collectivités, administration ou tout autre “communauté”, un ou plusieurs casiers ou stations connectées dans lesquelles on va trouver des vélos électriques pliants ou des trottinettes électriques. “Les casiers et les stations s'ouvrent depuis notre application mobile. Tout est fourni, le casque et l'assurance, le système de rechargement et la maintenance. En cas de panne, on peut aller chercher les utilisateurs en taxi. Il existe même une fonction pour désinfecter les vélos ou trottinettes dans les casiers”, précise Romain Foussadier, co-fondateur de la start-up.

On prend le contre-pied de ce qu'on peut trouver à Paris avec les flottes de vélos et trottinettes à disposition au public. Nous, on s'adresse à des communautés fermées telle qu'une entreprise ou une collectivité.

Romain Foussadier, co-fondateur de Trivia-Mobility.

L’utilisateur se sert d'une application qu’il a installée sur son téléphone pour ouvrir un des casiers et à partir de ce moment, l’assurance se déclenche. Il suffira au retour de replacer l'engin dans le casier.

Proposer un service de micro-mobilité pour les projets immobiliers

La start-up existe depuis 2019. Elle travaille de très près avec des promoteurs immobiliers de la région, dont fait partie l'un des cofondateurs de la société. C’est une réflexion d’investisseurs qui est à l’origine du projet. “Pour remporter des appels d'offres au niveau de projets immobiliers, il faut proposer des services annexes. Il ne suffit plus de construire des bâtiments qui sont écologiques design etc, il faut arriver avec toute une panoplie de services annexes associés à ces projets immobiliers. Trivia répond à ce problème-là sur la partie micro-mobilité. C'est dans ce cadre-là que la start-up a été conçue et on s'est vite aperçu que ce système pouvait être applicable à n'importe quelle entreprise”, explique le co-fondateur.

Le coût est de 50 € à 200 € par mois en fonction des options choisies. Ça rentre dans le cadre du forfait mobilité durable donc, il n’y pas de charges sociales pour les employeurs.

Des clients pour la mobilité douce, mais le produit offre d’autres perspectives

Après 5 mois de mise en fonction du produit, la petite start-up espère se développer rapidement. Pour l’heure, les trottinettes et leurs casiers sont accessibles à Montpellier, dans les locaux du village by CA , un hébergeur de start-up du Crédit agricole. Elles sont également utilisées par une filiale d’Airbus à Toulouse. Bientôt, ce sera aux employés de la mairie de Baillargues de recevoir vélos ou trottinettes, dans le courant du mois de novembre. 

D’autres projets sont déjà avancés. Des trottinettes ou vélos pour le parking George Bess à Nîmes qui permettra aux automobilistes d’effectuer le reste de leurs déplacements sans la voiture.
Trivia-Mobility est en discussion avec le Pôle emploi Occitanie, mais également avec différents promoteurs qui comptent mettre ce service dans leurs programmes immobiliers à destination de bureaux ou d'espaces résidentiels.

La technologie permet de partager autre chose. “Aujourd’hui, ce sont des outils pour la mobilité, mais demain, ce seront des outils de jardin ou bricolage dans une copropriété, une poussette dans un aéroport, une planche de surf à Capbreton. On pourra définir sa communauté, on pourra définir si le service est payant”, projette Romain Foussadier. “On pourra partager exactement tout ce qu’on veut”, résume-t-il.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
start-up économie entreprises écologie environnement mobilité transports innovation