Rave-parties : nuisances, risques d'accidents, les "rassemblements festifs non déclarés" interdits tout le mois de mai dans l'Hérault

Ce lundi 22 avril, la préfecture de l’Hérault annonce dans un communiqué interdire les rave-parties au mois de mai sur le territoire pour des "raisons de sécurité et de salubrité publiques". Certains maires du département s’organisent avec les autorités pour empêcher ces rassemblements festifs dans leurs communes.

Le retour des beaux jours est propice à ces fêtes en pleine nature accentuées par "plusieurs jours fériés" tout au long du mois de mai. En 2023, quarante-sept fêtes illégales ont eu lieu dans l’ensemble du territoire héraultais en 2023 et la préfecture en recense déjà quatre depuis le début de l’année.

En 2023, la commune de Villeveyrac a vu arriver en quelques heures 3 000 teufeurs sur un site naturel proche de la commune, lors du week-end du 1er mai. Un rassemblement illégal qui allait à l’encontre d’un interdit préfectoral à cette période.

Dispositif pour protéger le site

Le maire, Christophe Morgo, anticipe tout rassemblement en mettant en place un dispositif particulier "avec des moyens humains et matériels comme un chemin de roches dès qu’on a l’annonce d’une fête. Une personne du département est d’astreinte pour prévenir les pompiers s’il y a un départ d’incendie sur le site pour retirer les roches."  

Pour l’édile, ces mesures "préservent la faune et la flore du site. C’est une période très sensible notamment pour la nidification. Les habitants sont aussi épargnés par les nuisances sonores. A cela s’ajoutent les risques d’accidents car les fêtards arrivent à pied ou en voiture de toute la France."

Ce dispositif semble être efficace, après avoir été alerté ces deux derniers week-ends par des risques de rave-party, les amateurs de musique techno ont finalement changé de lieu de fête. Il se sont orientés vers "l’Aveyron, proche de l' Hérault, avec 3000 festivaliers", évoque la préfecture dans son communiqué.