TEMOIGNAGE. "Pas un jour où on ne nous vomissait pas dessus" : dix ans après, le premier marié gay se souvient du combat pour le "mariage pour tous"

Le 23 mai 2013, la loi Taubira est promulguée : les couples homosexuels peuvent désormais se marier. La premier "oui" est prononcé à Montpellier, par Vincent Autin et Bruno Boileau. Dix ans après, Vincent revient sur le long combat - et l'opposition virulente - jusqu'à la victoire législative.

Vive les mariés ! Au masculin. Le 29 mai 2013, Vincent Autin et Bruno Boileau sont les premiers mariés homosexuels de France. Les deux hommes se sont dit "oui" à Montpellier, un mois après l'adoption du mariage pour tous.

Une union qui résonne alors à travers toute la France, et qui résonne davantage après de longues années de combat pour affirmer leur amour aux yeux de tous.tes. Carine Alazet et Valérie Banabera, journalistes à France 3 Occitanie, ont recueilli le témoignage de Vincent Autin, en Suisse, où il vit désormais. 

Avant l'amour, la haine

Avant de s'embrasser à la mairie de Montpellier, devant 350 invités et...le président François Hollande (!), le parcours a été semé d'embuches. Alors que les personnes homosexuelles luttaient pour défendre leurs droits, de nombreux opposants se faisaient aussi entendre. 

Il n'y avait pas un jour où on allumait la télé, et où on ne voyait pas quelqu'un nous cracher dessus. C'est hyper violent quand on est chez soi, qu'on allume la télé et qu'on se fait vomir une telle haine, insulté, menacé, je me suis fait traité comme un moins que rien, un sous-citoyen. 

Vincent Autin, premier marié homosexuel de France

Ce déferlement haineux a duré plusieurs mois, d'octobre 2012 à mai 2013. Face aux défenseurs du "Mariage pour tous", les réactionnaires de la "Manif pour tous" scandant un schéma familial hétéronormé : "Un papa, une maman." La loi portée par Christiane Taubira divise alors la rue.

Des événements qui semblent appartenir au passé aujourd'hui. Vincent Autin raconte, son précieux livret de famille à la main : "Il y a des gamins qui n'étaient pas majeurs à l'époque des manifestations, de toute cette lutte qu'on a menée pour qu'on puisse nous remettre cet objet. Plein de jeunes n'ont pas conscience de ce qu'on a traversé. Beaucoup sont stupéfaits."

Des jeunes stupéfaits aujourd'hui de voir des images de "cette bande cette bande d’excités sortir par milliers dans les rues pour cracher leur venin au visage de gens qui sont différents." 

"Le visage de la France était en train de se transformer"

Fort heureusement, la haine ne l'a pas emportée. Vincent et Bruno ont pu se marier, comme 70 000 autre couples homosexuels depuis mai 2013. Mais leur union a pesé un peu plus lourd sur leurs épaules.

On se retrouvait à incarner et inaugurer une loi. On avait la mesure de cela et surtout la mesure de ce que ça représentait : un symbole qui nous dépassait. Le visage de la France était en train de se transformer, en train de faire en sorte que les populations soient plus égales entre elles.

Vincent Autin, premier marié homosexuel de France

Une égalité actée sur le plan législatif, mais pas toujours aquise dans la rue. En 2021, les services de police ont enregistré une hausse des actes anti-LGBTQI+ en France : 3 790 cas d'injure, diffammation ou agression ont été déclarés. "On continue à se faire taper sur la gueule", confirme Vincent Autin. 

Face aux comportements bienveillants des jeunes générations et à leur stupéfaction face aux manifestations pour se faire accepter, Vincent Autin reste confient : "C'est bien la preuve que plus le temps passera, plus ça paraitra éminemment normal, et c'est éminemment normal que nous ayions les même droits."

Ce droit, Vincent Autin et Bruno Boileau l'ont utilisé comme tout un chacun. Après 12 ans de vie commune dont sept années de mariage, ils se sont finalement séparés. Les deux hommes ont eu le droit, de vivre leur amour, en famille, et de se quitter en citoyens comme les autres.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité