TÉMOIGNAGES. Positifs et isolés pour Noël : les fêtes de fin d'année solitaires des "covidés"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Pauline Senet avec Justine Salles
Positifs au Covid-19, de nombreux Français vont devoir passer les fêtes de fin d'année seuls.
Positifs au Covid-19, de nombreux Français vont devoir passer les fêtes de fin d'année seuls. © DAVID ADEMAS / OUEST-FRANCE / MAXPPP

Avec l’explosion du nombre de cas positifs au Covid-19, et par conséquent de cas contacts, nombreux sont ceux à devoir s’isoler pour les fêtes. Une douche froide pour certains, attachés aux retrouvailles familiales. D'autres se démènent pour passer une soirée mémorable, malgré tout.

C’est le record absolu de contaminations en 24 heures : 94 000 cas positifs au Covid-19 ont été enregistrés en France ce vendredi 24 décembre. Un chiffre qui s’explique par la forte propagation du variant Omicron, mais aussi par l’explosion de la demande de tests à l’approche des fêtes. Les internautes ont réagi avec plus ou moins d'humour à cette mauvaise nouvelle.

Partout, les fêtes de Noël ont été perturbées. Parmi les 94 000 Français testés positifs hier, Antoine et Quentin. Tous deux vont devoir passer une soirée de Noël à l’isolement.

Quentin, 19 ans, entre quatre murs     

Étudiant à l'université Paul Valéry à Montpellier, Quentin est de retour à Narbonne, sa ville natale, pour les vacances. Hélas, de sa maison familiale, Quentin ne verra que sa chambre. Le 23 décembre, il ressent quelques symptômes et se fait dépister. Résultat : positif. Il doit rester entre quatre murs. Le soir du réveillon, il n'apercevra ses parents que lorsque ceux-ci lui passent rapidement une assiette du repas familial.

Il y a beaucoup de frustration, parce que je manque le repas de famille, un moment convivial. Rester dans sa chambre, c'est pas idéal ! Mais c'est quand même sympa de savoir que mes parents sont dans la maison, ce n'est pas une solitude totale.

Quentin

Etudiant, positif au Covid-19 et isolé

Pour tenter de compenser cette distance, Quentin et sa famille lancent un appel vidéo sur Whatsapp. "C'est seulement cinq minutes, mais c'est un peu comme si on était ensemble."

Quentin relativise et essaie de voir les bons côtés de cet isolement. "Il est 20h, c’est l’heure de l’apéro !", annonce-t-il, dans le vide. "Et pour se divertir, petit match de Ligue 1 d’anthologie Lyon-Marseille ! », se réjouit-il en posant ses pieds sur le bureau. Personne n'est là pour lui faire de remarque. 

Dîner en amoureux obligatoire

De son côté, Antoine a reçu le résultat de son test le 18 décembre. Positif au Covid-19, variant Omicron, il est obligé de rester isolé jusqu’au 27 décembre, et doit donc tirer un trait sur le repas en famille. Même sentence pour sa compagne et "cas contact" Emma, avec qui il partage un appartement. Elle doit quant à elle rester isolée jusqu’au 3 janvier… La soirée du Nouvel An se passera donc dans les mêmes conditions.  

Les deux jeunes gens prennent la situation avec philosophie : ce sera donc un dîner en amoureux, digne de la Saint-Valentin. "On a commandé chez le traiteur : suprême de chapon en crème de morilles, tourte aux pommes de terre et cèpes, risotto Arborio à la tomme fraîche de Severac, jus de truffe et Pomme Anna aux oignons doux des Cévennes… Et en dessert : une réglette de 6 macarons assortis !". Heureusement, le virus ne les a pas privés de goût.  

Malgré l’appartement dépeuplé, tout est fait pour assurer une ambiance festive. De "Let it snow" de Frank Sinatra à "Last Christmas" de Wham !, les grands classiques de Noël résonnent. Antoine et Emma échangent une coupe de champagne, avant de servir des sardines à leur chat Séraphin.

Au pied du sapin, tous les cadeaux resteront bien emballés jusqu'à la "libération" d'Emma début janvier, quand toute la famille pourra enfin se retrouver.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.