• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

L'année 2015 vue par... Barbara, conseillère en insertion professionnelle

[Série de fin d'année 1/7] Toute cette semaine nous avons interrogé des Midi-Pyrénéens pour savoir ce qu'ils retenaient de l'année 2015. Aujourd'hui, Barbara, une conseillère en insertion professionnelle de 27 ans. Elle travaille dans ce qu'elle toujours aimé : "aider les autres, une vocation".

Par Anissa Harraou

Barbara est chargée d'aider les jeunes en fin de droit ou en perte de confiance à trouver une projet professionnel. Elle et se définit elle-même comme celle qui se moque des qu'en-dira-t-on. Lorsque nous avons demandé à cette conseillère en insertion professionnelle de répondre à quelques questions, elle l'a pris comme une délivrance : mettre enfin des mots sur ce qu'elle ressent et montrer ce qu'elle vit au quotidien. 


Quand on lui demande les événements qui l'ont marquée : 

"Les événements qui ont marqué mon année sont surtout rattachés aux attentats Charlie hebdo et de Paris. Avant d'être chargée d'insertion socio-professionnelle, je suis un être-humain : cela a beaucoup atteint mon moral. Ces massacres ont généré chez moi de la tristesse, de la colère, car je savais ce que ceux-ci provoqueraient dans mon travail au quotidien.

Le premier tour des élections régionales le 6 décembre et la situation des migrants Syriens me rendent folle. On les traite comme s'ils n'étaient pas des êtres-humains. Personne n'a pas pu passer à côté car on en a parlé toute l'année dans les médias. Je pense que c'est principalement l'ignorance qui provoque ces comportements. On pourrait en parler des heures.

C'est important de lire beaucoup, se renseigner, aller voir sur le terrain pour se forger une opinion solide loin des préjugés."


Quand on lui demande comment ces événements ont impacté son travail : 

"J'accompagne dans le cadre de mon emploi des personnes bénéficiaires du RSA et ou des personnes n'ayant le droit a aucun minima social. La population que j'accompagne est très fréquemment migrante et souffre réellement de ces abominations. Dans mon métier il y a un aspect "aide psychologique". Ces hommes et ces femmes sont en demande de discussion et d'éclairages. 

De ces événements, résultent beaucoup de problèmes, d'insultes, de peur et de mépris : femmes insultées  par rapport au port du voile, injures de toutes sortes, regards malveillants, jugements. Les personnes que j'accompagne et moi même, sommes confrontées aux amalgames de personnes incapables de dissocier l'extrémisme de la religion telle qu'elle est réellement ce qui pour moi devient un combat permanent et me fatigue moralement. 

Le taux de chômage 2015 me fait frémir. Chaque jour, je reçois des personnes qui n'ont pas trouvé de réponse à Pôle Emploi ou dans d'autres structures. La rigidité administrative de Pôle Emploi, l'absence d'étude personnalisée... Tous ces éléments font que lorsque je vois les chiffres alarmants du chômage, je ne suis pas étonnée.

À chaque élection, notamment lors des dernières élections régionales, l'ensemble des membres de la structure où je travaille retient son souffle. Les possibilités d'une structure d'insertion professionnelle comme la notre diminueront ou augmenteront selon que le pouvoir est passé à droite ou à gauche. Notre métier est directement lié à la politique. " 



Sur le même sujet

Perpignan : la mère d'une jeune femme victime d'un féminicide témoigne de sa douleur

Les + Lus