Lancement de l'enquête publique du projet d'autoroute Castres-Toulouse en décembre 2016

Le lancement de l'enquête publique du projet d'autoroutes Castres-Toulouse était attendu pour fin 2015. Le préfet de région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Pascal Mailhos, vient finalement d'annoncer en comité de pilotage qu'elle débutera en décembre 2016. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Ils étaient tous là. Représentants du Conseil régional, des Conseils départementaux du Tarn et de la Haute-Garonne, de la communauté d'Agglomération de Castres-Mazamet et préfet du Tarn. Tous venus au comité de pilotage organisé par le préfet de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

C'est en leur présence que Pascal Mailhos a annoncé le lancement de l'enquête publique du projet d'autoroute Castres-Toulouse en décembre 2016.
Cette étape importante va durer deux mois et doit permettre, notamment, aux habitants et aux élus, concernées ou non par le tracé de l'autoroute, de s'exprimer.

L'enquête publique en 2016
Le préfet de région a réaffirmé la volonté de l'Etat de mener à son terme le projet autoroutier. Selon l'un des participants, il s'engagerait même "à prendre en charge 50 % de la subvention d'équilibre du le projet et ce quelqu'en soit le montant." La somme totale serait évaluée aujourd'hui à près de 200 millions d'Euros. 


De quoi réconforter, les élus du Tarn favorable à l'autoroute et qui voient à travers ce dossier une solution pour désenclaver le sud du département. 

Vallée du Girou, sur le tracé du projet autoroutier, la protestation ne cesse d'enfler. "Une véritable poudrière" selon le maire du village de Teulat, Sabine Mousson. Quinze maire de petites communes du Tarn et de Haute-Garonne situées sur le parcours de l'autoroute s'oppposent au projet qu'ils jugent "inadapté aux besoins du territoire".