Cet article date de plus de 5 ans

Aux archives de l'Aveyron, les dossiers de la collaboration sortent de l'ombre

Plus de 70 ans après la fin de 2e guerre mondiale, l'Aveyron, comme les autres départements français, peut approfondir tout un pan de son histoire. Un arrêté du 24 décembre 2015 permet d'accéder librement aux archives de cette période troublée qui recèlent des sujets sensibles
Des documents encore sensibles d'une sombre époque
Des documents encore sensibles d'une sombre époque © France 3 Midi-Pyrénées
C'est comme un cadeau fait aux historiens. Le 24 décembre dernier, le gouvernement a décidé de faciliter l'accès aux archives relatives à la Seconde Guerre mondiale, dont une partie était jusqu'alors protégée et consultable exclusivement sur dérogation.

L'arrêté, signé par Manuel Valls et plusieurs de ses ministres, concerne des documents encore sensibles susceptibles de briser des secrets de familles. Ils sont relatifs aux juridictions d'exception mises en place par le régime de Vichy et dans l'immédiate après-guerre par le gouvernement provisoire de la République française. Il comprend aussi les enquêtes réalisées par la police pendant la 2è guerre mondiale ainsi que les archives relatives à la poursuite des criminels de guerre en Autriche et en Allemagne ou encore celles des tribunaux militaires.

Bref, dénonciations, lettres manuscrites attestant de fait de collaboration, photos, agendas : à Rodez, aux archives départementales de l'Aveyron, ces documents, comme ailleurs désormais en libre accès, représentent 400 dossiers et occupent une quinzaine de boîtes noires.

EN VIDEO, LE REPORTAGE DE FLORIAN ROULIES ET DE LUC TAZELMATI :
durée de la vidéo: 01 min 35
Les archives de la collaboration sortent de l'ombre




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire société archives