Lot et Tarn-et-Garonne : le chasselas de Moissac ouvert à la vente pour le plus grand plaisir des amateurs de raisins

Le chasselas de Moissac (Appellation d'Origine Protégée) fait officiellement sa sortie commerciale ce jeudi 20 août. Ce raisin de table sucré et juteux qui fut autrefois le dessert des rois regagne ses lettres de noblesses en Occitanie. Jusqu'à 3500 tonnes sont récoltées chaque année.

Le chasselas de Moissac est une Appellation d'Origine Contrôlée depuis 1971.
Le chasselas de Moissac est une Appellation d'Origine Contrôlée depuis 1971. © Delphine Gérard / FTV
Doré, juteux, sucré...Le chasselas de Moissac s'invite sur les tables estivales. La mise en vente de ce fruit à l'Appellation d'Origine Protégée est désormais datée pour ce jeudi 20 août. Une bonne nouvelle pour Jean-Emmanuel Rigal-Delvolvé, 6ème génération de chasselatiers.

"Les années précoces favorisent les raisins de qualité. L'absence de pluies donnent un raisin sain et joli".

Jean-Emmanuel Rigal-Delvolvé, 6ème génération de chasselatier.

La récolte a été avancée de deux semaines cette année. "On n'a pas eu d'hiver" explique le chasselatier. "La vigne a eu une croissance très rapide et le printemps a été chaud, on a enregistré des températures moyennes plus élevées que l'an passé." Mais la précocité est bienvenue car elle va permettre une meilleure vente du raisin.

Une consommation de Moissac à la Belgique


La mise en place d'une date de mise en commercialisation du Chasselas de Moissac "permet d’assurer une qualité optimale en sucre et en maturité dès les premières grappes mises en vente".  C'est surtout l'occasion de vendre ce produit du terroir aux nombreux touristes encore présents sur la région. 
S'il est d'abord présent sur le marché local, le chasselas de Moissac est principalement vendu en France, mais il s'exporte jusqu'en Suisse, en Belgique et en Allemagne.

La récolte répond à un cahier des charges très précis. Ne sont cueillis que les raisins répondant à un critère gustatif et visuel très strict :Mais pour se faire une idée de la qualité du produit, mieux vaut le goûter soi-même. A vous de guetter les grappes dorées sur les étals des marchés...

Voir le reportage de Delphine Gérard et Thierry Villéger, de France 3 Occitanie :
Lot et Tarn-et-Garonne : le chasselas
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie viticulture