Chiens de gendarmerie, des enquêteurs qui ont du flair

Publié le Mis à jour le
Écrit par Nicolas Albrand avec Matthias Julliand et Clément Alet

Leur arme, c'est leur flair. Depuis 1945, les chiens de la gendarmerie et leurs maîtres-chiens sont formés à l'école de Gramat (Lot). Les animaux apprennent la détection de drogues, d'explosifs ou de personnes disparues. Un travail homme / animal passionnant à découvrir ce mercredi à 23h dans le magazine Enquêtes de Région, sur France 3 Occitanie.

Ils s'appellent Tyrex, Paco ou Gensi. Ce sont des chiens d'élite de la gendarmerie, chiens de recherche ou de défense prêts à tout pour leur maître.

Le magazine Enquêtes de Région vous emmène à Gramat (Lot) ce mercredi à partir de 23h à la découverte du Centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie (CNICG) qui forme chiens et maîtres-chiens depuis 1945. Au total, 16 spécialités sont enseignées comme la détection de drogues, d'explosifs ou de personnes disparues. 

3 mois de dressage et des années de complicité

Deux mots peuvent résumer le travail effectué à Gramat : savoir-faire et complicité (entre le gendarme et le chien). Le dressage de l'animal dure trois mois auxquels il faut ajouter trois mois de travail supplémentaire.

80% des chiens sont des Malinois, des bergers belges. Une race très prisée par les gendarmes car elle a toutes les qualités pour la détection de personnes ou d'objets. 

Mélodie et Tyrex, le binôme parfait

Mélodie Carrillo a commencé sa formation au centre de Gramat en septembre 2021 pour devenir maître-chien. Elle fait équipe avec Tyrex, un jeune Malinois. 

Eux aussi nous apprennent énormément sur nous. En fonction de nos réactions, les leurs sont différentes aussi. Il y a un challenge personnel. On se motive et on fait en sorte que ça fonctionne, pour allier passion et travail.

Mélodie Carrillo - maître-chien dans la gendarmerie

Comme Mélodie et Tyrex, la gendarmerie compte actuellement 540 chiens et 450 maîtres-chiens. 

Plusieurs étapes marquent l'éducation du chien de gendarmerie. Comme l'exercice de recherche de personnes. Aujourd'hui, Mélodie et Tyrex se déplacent à Rocamadour (Lot) à la recherche d'une personne à tendance suicidaire qui a disparu (c'est un exercice).

Je vais lui montrer l'objet - des chaussettes appartenant au disparu - et il va chercher. Il va aller sur la zone où la personne a été vue pour la dernière fois et de là, il partira en piste.

Mélodie Carrillo - maître-chien de la gendarmerie

Un odorat 40 fois plus puissant que celui de l'homme

Remonter une piste, c'est la spécialité de Mélodie et de son chien. Avec plus de 200 millions de cellules olfactives contre seulement 5 millions chez l'être humain, un chien comme le Malinois peut retrouver une trace plusieurs jours après le passage d'une personne.

Le chien sur la piste donne des informations. C'est le maître-chien qui les analyse pour les exploiter le mieux possible. Là, il donne des directions - à nous de lire ces informations.

Fabien Doublard - dresseur-instructeur de la gendarmerie

Avant de devenir un chien officiel de la gendarmerie, l'animal est dressé pendant trois à six mois. Son museau deviendra sa première arme. Pour la détection de stupéfiants, de la résine de cannabis est utilisée est cachée. L'éducation du chien est basée sur le jeu avec une récompense donnée chaque fois qu'il trouvera le produit recherché. 

Autre apprentissage : le "mordant", pour la partie attaque. L'objectif est d'apprendre au chien à mordre et à lâcher. Là aussi, le Malinois est redoutable avec une pression de la mâchoire de 150 kilos au centimètre carré. 

Des chiens repérés à la SPA puis testés

Le circuit d'éducation complet est très exigeant : la gendarmerie sélectionne chaque année 250 chiens, moins d'une centaine rejoindront le centre d'instruction de Gramat.

Ces chiens sont sélectionnés dans des refuges de la SPA (société protectrice des animaux). La SPA est souvent confrontée à des abandons de Malinois, car ce type de chien a besoin de beaucoup d'attention et les propriétaires sont parfois dépassés par le caractère de l'animal. 

Ils sont d'abord testés dans la nature sous forme de jeux, trouver une balle par exemple. Si un chien réussit ce test, il sera orienté plutôt vers la recherche de matières. 

C'est une chance pour eux. Ce sont des chiens qui ont vraiment besoin de travailler. Donc, ils trouvent exactement ce qu'il leur faut dans la gendarmerie.

Agnès Bassinet - responsable de la SPA de Chameyrat

Des chiens formés à la recherche de cadavres

Partie plus macabre de leur travail, ces chiens de gendarmerie sont également formés à la recherche de cadavres, dans les affaires criminelles par exemple. En avril 2021, un chien formé à Gramat a aidé à retrouver le corps d'Aurélie Vaquier, une jeune femme dont le corps avait été dissimulé sous une dalle de béton à Bédarieux dans l'Hérault. 

L'unité cynophile de la gendarmerie est également intervenue à plusieurs reprises dans l'affaire Jubillar dans le Tarn, pour tenter de retrouver la trace de Delphine Jubillar, l'infirmière disparue. 

Les chiens sont donc formés à la détection de drogues, de personnes mais aussi d'explosifs. Une technique mise en œuvre depuis les attentats de 2015 en France. Le Malinois est capable de reconnaître une douzaine de substances explosives différentes. 

Développer une vraie complicité

Après trois mois de formation à Gramat dans le Lot, Mélodie et Tyrex sont devenus plus que de simples partenaires. Une profonde complicité les unit désormais. 

Ils n'ont que nous. Et ils se donnent à 300% pour nous. C'est un binôme, on est là l'un pour l'autre et surtout pour les autres.

Mélodie Carrillo - maître-chien de la gendarmerie

Fin 2021, Tyrex et son maître ont réussi leur examen. Ils ont depuis reçu leur nouvelle affection en Alsace. Pour ce binôme plus que solide et soudé, c'est le début d'une aventure commune. 

Enquêtes de Région sur la piste des criminels, présenté par Anne-Sophie Mandrou et Nicolas Albrand. L'occasion de découvrir également les cold cases en Occitanie, ces affaires non résolues mais non classées et le travail de l'Ecole de l'ADN à Nîmes. A voir ce mercredi 12 janvier à partir de 23h sur France 3 Occitanie et à revoir en cliquant dans le player ci-dessous :