Covid et couvre-feu en Lozère : le maire de Mende est stupéfait "c'est une mesure brutale de Paris"

C'est la surprise sur la carte des départements sous couvre-feu. La Lozère. 18 morts du Coronavirus depuis le début de l'épidémie, dont 9 en 6 semaines et un taux d'incidence à 163 parmi les plus faibles d'Occitanie. Les 77.000 habitants sont sous le choc et les élus ne comprennent pas cette mesure.
Mende de nuit - juillet 2019.
Mende de nuit - juillet 2019. © F3 LR
Jusqu'à jeudi soir et l'annonce de Jean Castex des 54 départements sous couvre-feu en France pour au moins 6 semaines, la Lozère se croyait épargnée et ses habitants pensaient vivre dans un havre de paix, loin des affres des restrictions sévères des grandes villes dues à l'épidémie de Coronavirus.
Cet été, la Lozère a même connu des taux de fréquentation touristique records grâce à sa "singularité Covid", 9 morts en 6 mois, c'est le taux le plus bas de France et grâce aussi à sa faible densité de population, 15 habitants au km2.

Dès ce soir, ce sera couvre-feu, comme à Montpellier, Nîmes ou Toulouse ! Il faut dire que couvre-feu à 21h en automne à Chanac, au Massegros ou au Pont-de-Montvert, cela ne va pas faire grande différence avec une nuit habituelle. Les lieux seront calmes, très calmes.

Réaction du maire de Mende "c'est une mesure brutale de Paris"

Pour Laurent Suau, ce couvre-feu est incompréhensible à Mende et en Lozère. "Il n'est pas adapté à notre territoire". Pour le maire, ce sont les chiffres des cas Covid en Ehpad qui faussent les résultats et l'analyse de la situation.

C'est une mesure brutale de Paris.

Laurent Suau, maire de Mende.

Au 23 octobre, la Lozère comptait 18 morts au total, depuis le début de l'épidémie de Coronavirus, dont 9 décès ces dernières semaines. 5 à l'Ehpad de Meyrueis, des personnes âgées hospitalisées ou en hospitalisation à domicile et 4 à cause d'un cluster à l'Ehpad de Langogne. Mais le chiffre officiel de l'ARS Occitanie est de 8 morts car 5 victimes hospitalisées en Lozère étaient originaires de départements voisins.

Et Laurent Suau explique que cette mesure imposée sans discussion, contrairement au dialogue prôné entre maire et préfet, par le Premier ministre, ne va rien changer. Car hormis les clusters en Ehpad, il y a très peu de cas d'infection, seulement 18 personnes à l'hôpital (4 à Mende et 14 à Langogne), dont 2 en réanimation pour 6 lits disponibles, (un patient Covid+ et un non Covid).

La réaction du maire de Mende n'est pas un cas unique, à Langogne, Saint-Chély-d'Apcher ou Florac, même surprise et même incrédulité en ce couvre-feu.

Dans le plus petit département de France, c'est l'incompréhension face à cette décision, comme en atteste ce reportage tourné vendredi soir dans les bars de Mende par Camille Nowak et Franck Detranchant :

Réaction du maire de Langogne "c'est cher payé pour la Lozère"

Pour Marc Oziol, qui a lui même été victime du Covid, ce couvre-feu est avant tout un coup dur pour les bars et restaurants mais aussi pour les associations et les clubs sportifs.

Les commerçants sont en colère. Malgré les aides de l'Etat, certains jouent leur survie. Je pense que le couvre-feu en Lozère est excessif. Ici, les gens sont responsables et respectent les consignes. Ils ne comprennent pas pourquoi ils sont ainsi pénalisés.

Marc Oziol, maire de Langogne.

Selon le maire, la préfète de la Lozère lors de son audioconférence pour annoncer le couvre-feu, a parlé d'une mesure de 3 semaines. Or, Jean Castex a annoncé 6 semaines de restrictions. Marc Oziol veut donc désormais demander des explications à la représentante de l'Etat.

Réaction de la maire de Marvejols "est-ce une étape vers un reconfinement ?"

Pour Patricia Brémond, difficile de comprendre une telle mesure dans le département rural, le moins peuplé de France, où les cas de Covid sont peu nombreux.

C'est une mesure nationale injuste appliquée sans concertation à La Lozère.

Patricia Brémond, maire de Marvejols.

"Je crains beaucoup pour la santé économique de nos petites entreprises liées à la restauration et au tourisme, 6 semaines comme cela, même si la préfète nous a parlé de mesures applicables jusqu'au 15 novembre, elles ne vont pas tenir. Et j'espère que ce n'est pas la première étape vers un reconfinement...".

Des cas de Covid "importés"

Depuis le début de la pandémie, la Lozère a été très épargnée. Et les cas de Covid enregistrés ont souvent été "importés" en Lozère par des personnes des départements voisins.
C'est le cas pour les Ehpad situés au nord du département qui accueillent des résidents d'Ardèche, de Haute-Loire et d'Aveyron, où les taux d'incidence du virus varient entre 300 et 410 pour 100.000, ce qui est loin des 163 de la Lozère. Autre cluster importé, en août cette fois, avec 4 jeunes joueurs du MHSC en stage à Mende testés positifs. Cette découverte avait entrainé un dépistage de la Covid-19 sur 120 cas contacts. Les tests détectaient 14 nouveaux cas de coronavirus, dont 13 étaient des jeunes joueurs de foot de Montpellier.
  Enfin, la Lozère est bloquée entre le reste de l'Occitanie et la région Auvergne-Rhône-Alpes où la circulation du virus est très importante depuis début septembre et où sa propagation augmente toujours.
 

Téléchargez votre attestation dérogatoire de couvre-feu

Les mesures de restrictions et/ou d'interdiction en Lozère
 
Mesures automatiques de l’état d’urgence sanitaire sous couvre-feu :
1 - couvre-feu quotidien de 21 heures et jusqu’à 6 heures du matin. Les déplacements sont interdits sauf exceptions pour les personnes autorisées à circuler dans l’espace public et sur la voie publique pour des déplacements.
Les attestations de déplacements sont téléchargeables. Voir la version numérique.
2 – Fermeture de tous établissements recevant du public, sauf dérogation, à partir de 21 heures jusqu’à 6 heures.
3 – Fermeture des bars, hormis pour les activités de restauration, tabac et multi-services.
4 – Fermeture des établissements sportifs (gymnases, piscines…) sauf pour les groupes scolaires, périscolaires, mineurs, sportifs professionnels et de haut niveau.
5 – Interdiction des fêtes foraines.
6 – Seules les activités assises sont autorisées dans les salles polyvalentes.

Mesures optionnelles de l’état d’urgence sanitaire sous couvre-feu en Lozère :
1 - Fermeture au public des établissements sportifs couverts sauf pour les groupes scolaires, périscolaires, mineurs, sportifs professionnels et de haut niveau.
2 - Interdiction des foires, salons et expositions dans tous établissements recevant du public confondus sauf pour les expositions à caractère culturel dans les musées, les établissements scolaires pour les élèves.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement : conseils pratiques santé société covid-19 témoignage politique cévennes ruralité