Mende : le comptage des mouflons a commencé dans les gorges du Tarn

La période de mise bas est le moment idéal pour le comptage des mouflons. Une vaste opération a lieu en ce moment dans les Gorges du Tarn. Une centaine de bénévoles mobilisés sur trois journées.

 

La période de mise bas est le moment idéal pour le comptage des mouflons. Une vaste opération a lieu en ce moment dans les Gorges du Tarn. Une centaine de bénévoles mobilisés sur trois journées.
La période de mise bas est le moment idéal pour le comptage des mouflons. Une vaste opération a lieu en ce moment dans les Gorges du Tarn. Une centaine de bénévoles mobilisés sur trois journées. © Y. Le Teurnier F3LR
Jumelles vissées aux yeux, les bénévoles sont à l'affût.
Une heure et demie après le début des observations des mouflons , le succès est enfin au rendez-vous.
"Ils se sont arrêtés, ils écoutent. Ils vont continuer tranquillement leur chemin maintenant", sourit Alain Rousson , président de la société de chasse de Ste-Enimie
 

La chasse à l'information

Distinguer les femelles des mâles. Évaluer leur âge grâce à leurs cornes. C'est une véritable chasse, à l'information.

Partis au petit matin depuis Ste-Enimie, ils sont une centaine à couvrir les deux rives des gorges du Tarn…
20 000 hectares de terrain, devenu territoire des mouflons.
 

"C'est une espèce qui a été introduite dans les années 70, à partir d'un effectif relativement restreint. d'ailleurs, une quinzaine d'individus sur la commune de Ste-Enimie et aussi un petit peu plus bas, aux vignes et également un dernier noyau qui était dans l'Aveyron à Mostuejouls",  précise Christophe Rieutort, Responsable technique Fédération de chasse de Lozère 



Mais arrivés au-dessus des gorges, pas de mouflons à l'horizon !


"On a un prédateur qui les bouscule, et donc ils ne sont pas sur les zones où ils ont l'habitude d'aller, ils ont peut-être été bousculés cette nuit", regrette Alain Quet, chasseur

Gare au loup

Depuis quelques mois, le loup rôde.
Il s'attaque aux animaux du causse : moutons, chevreuils mais aussi quelques mouflons.
Par peur, ces derniers se sont déplacés en aval du Tarn.

Population stable

Plus de 300 individus ont été dénombrés.
Un chiffre stable par rapport à 2018.
L'an passé, la fédération de chasse a autorisé le tir de 140 d'entre eux. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature sorties et loisirs environnement société