Lozère : rappel de plusieurs lots de fromages des Cévennes après une suspicion de contamination à la Listeria

illustration / © DR
illustration / © DR

Plusieurs lots de fromages de la fromagerie des Cévennes font l’objet de retrait en magasin suite à la mise en évidence de la présence de Listeria. Leur consommation entraîne un risque d’intoxication alimentaire.
 

Par Joane Mériot

Des germes de Listeria ont été découverts sur plusieurs lots de fromages de la fromagerie des Cévennes, en Lozère.
L’ensemble des lots a aussitôt été retiré de la vente mais certains produits ont été commercialisés avant la mesure de retrait. Les personnes détenant ces produits ne doivent pas les consommer, ils doivent impérativement les détruire ou les ramener en magasin.

Les produits sont distribués dans les supermarchés carrefour.


Quels sont les lots concernés ?

 
  • Les lots de barquettes "3 fromages" concernés portent les numéros 36 019 ; 36 119 ; 36 319 ; 36 519 et 00220. Leur estampille sanitaire est FR 48 097 011 et leurs dates limites de consommation 10/02/2020 ; 11/02/2020 ; 13/02/2020 et 15/02/2020.
  • Les lots de moissacs des Cévennes concernés portent quant à eux les numéros 00520 et 00720, l’estampille sanitaire FR 48 097 011 et les dates limites de consommation 15/02/2020 et 17/02/2020.

Tous ces fromages sont susceptibles de contenir la bactérie Listeria monocytogenes. Leur consommation entraîne donc un risque de toxi-infection alimentaire à Listeria, ou listériose. 


Quels symptômes ?


S'ils présentent de la fièvre, isolée ou accompagnée de maux de tête, ou de troubles digestifs (nausées, diarrhées, vomissements) après avoir consommé ces produits, ils sont invités à contacter leur médecin traitant. Les femmes enceintes doivent être particulièrement attentives à ces symptômes, car les conséquences de la listériose peuvent être graves pour l’enfant à naître, ainsi que les personnes immunodéprimées et les personnes âgées.

Ces symptômes peuvent évoquer une listériose, maladie qui peut être grave et dont le délai d’incubation peut aller jusqu’à huit semaines.


900 analyses par an 


Contacté par téléphone le directeur de la fromagerie, Frédéric Monod, affirme que les fromages subissent un contrôle drastique. Près de 900 analyses par an sont faites sur le fromage mais aussi sur le lait, la matière intermédiaire, et l’environnement.

En 60 ans de production de fromages c’est seulement la deuxième fois que cela nous arrive, on suit un protocole bien défini, et nos fromages subissent de nombreuses analyses, c’est d’ailleurs ce qui nous a permis de découvrir la contamination.

La reprise de la commercialisation devrait reprendre dès ce lundi.
 

Sur le même sujet

Les + Lus