Meurtre de Patricia Bouchon : l'avocat général demande 20 ans de prison contre Laurent Dejean

L'avocate générale a requis 20 ans de prison contre Laurent Dejean jugé depuis lundi 28 juin par la cour d'assises du Tarn. Il est accusé du meurtre de Patricia Bouchon à Bouloc en février 2011. Il a toujours nié les faits.
L'avocat générale au procès en appel de Laurent Dejean devant la cour d'assises du Tarn - 2021.
L'avocat générale au procès en appel de Laurent Dejean devant la cour d'assises du Tarn - 2021. © Vincent Desplanche pour FTV.

Laurent Dejean est jugé en appel par la cour d'assises du Tarn depuis le 28 juin. Il est accusé du meurtre de Patricia Bouchon à Bouloc, le 14 février 2011. Le corps de cette quinquagénaire avait été retrouvé 42 jours plus tard dans une buse, sous un pont, à une dizaine de kilomètres de là. Un témoin avait aperçu la joggeuse le jour de sa disparition et quelques mètres plus loin, une clio de couleur claire avec les sièges arrières rabattus. Il avait décrit le conducteur. Un portrait-robot avait mené les enquêteurs vers Laurent Dejean qui possédait une Clio blanche.

"Laurent Dejean c'était un concentré de violence"

L'avocat générale a requis une peine de 20 ans de réclusion criminelle ce jeudi contre Laurent Dejean et un suivi socio-judiciaire de dix ans. Chantal Firmigier-Michel s'est employée pendant plus de deux heures à démontrer qu'il était bien le meurtrier de Patricia Bouchon. Elle reconnait que l'ADN n'accuse par Laurent Dejean mais cela ne le disculpe pas non plus car après 42 jours passés dans l'eau, les éléments biologiques sont incomplets. Elle énumère ce qu'elle considère comme des certitudes, au vu des éléments du dossier : Laurent Dejean avait bien une clio comme celle qui a été vue à proximité du lieu du crime, il ressemble au portrait-robot. Il connaissait parfaitement le lieu où le corps a été découvert, à Villematier, sur cette route qu'il empruntait depuis des années.

"Laurent Dejean, c'était un concentré de violence. En 2011, il est en situation de frustration, une frustration chevillée au corps après la rupture avec sa petite amie Natacha quelques années auparavant", explique la magistrate.

"Est-ce que Patricia Bouchon ressemblait trop à Natacha et il a cru la voir ? J'ai la conviction que Laurent Dejean n'est pas un meurtrier de sang froid. C'est pour ça qu'il va connaitre la descente aux enfers d'une décompensation psychiatrique après le meurtre de Patricia. Je suis convaincue que Laurent Dejean demeure quelqu'un de dangereux. Il est toujours dans la négation après 10 jours de débats, il n'a ni remords, ni culpabilité. Je suis admirative devant la dignité de cette famille qui n'est pas haineuse. Elle voulait juste savoir. Jusqu'à ses derniers jours, Laurent Dejean sentira le souffle de Patricia Bouchon sur son visage". 

Un peu plus tôt dans l'après-midi, les avocats de la famille Bouchon ont plaidé devant les jurés de la cour d'assises.

Maître Lena Baro : "On va vous agiter le spectre de l'erreur judicaire. On veut vous faire peur mais c'est refuser de faire le pari de votre intelligence. C'est aussi éviter de parler de certaines choses. La Clio, c'était Laurent Dejean, la violence, c'était Laurent Dejean, la buse, c'était Laurent Dejean. Demain vous saurez dire qu'il est la dernière personne à avoir vu Patricia Bouchon, il est aussi la première personne à l'avoir vue morte et il est le seul à l'avoir tuée".

"Laurent Dejean a eu un coup de folie"

Maître Stéphane Juillard a lui aussi décrit à nouveau aux jurés la personnalité de Laurent Dejean, impulsif, incontrôlable. "Un homme qui se réfugie dans la drogue et qui nie sa maladie". Ce jeudi matin, l'expert psychiatre a expliqué que l'accusé avait une personnalité borderline, proche de la folie, avec des symptômes de schizophrénie.

"La schizophrénie c'est quoi ? continue l'avocat. La personne entend des choses qui n'existent pas. Et le cannabis majore les troubles de la schizophrénie. Laurent Dejean a eu un coup de folie, il s'est repris, il est dans le déni et il le restera".

Maître Juillard se tourne vers l'accusé : "Monsieur Dejean, nous pensons que vous avez perdu pied, vous auriez pu par vos aveux rendre ce que vous avez pris à cette famille. Patricia ne méritait pas de partir dans de telles conditions. Elle était leur équilibre".

Il s'adresse aux proches de Patricia Bouchon assis au premier rang sur le banc des parties civiles : "Christian, Carlyne, Sandra, Bruno, j'espère que ce procès pourra être une étape vers la reconstruction". 

Verdict attendu vendredi

En première instance, en 2019, devant la cour d'assises de la Haute-Garonne, l'avocat général avait requis l'acquittement. Mais, les jurés avaient déclaré Laurent Dejean coupable du meurtre de Patricia Bouchon et l'avaient condamné à 20 ans de réclusion criminelle.

Le verdict est attendu vendredi après-midi. La cour se retirera pour délibérer après la plaidoirie de l'avocat de la défense. Les jurés devront répondre à deux questions : Laurent Dejean est-il coupable d'avoir volontairement tué Patricia Bouchon à Bouloc le 14 février 2011 ? Et, Laurent Dejean était-il atteint d'un trouble ayant entravé son discernement ?

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société assises violence faits divers