Nîmes : un Gardois porte la fronde des fromagers

Fabriquer du fromage : un savoir-faire pas assez reconnu pour les fromagers / © JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Fabriquer du fromage : un savoir-faire pas assez reconnu pour les fromagers / © JEAN-PIERRE MULLER / AFP

Stéphane Vergne, Nîmois et représentant national des crémiers-fromagers de France réclame le double statut de commerçant et d'artisan, pour ne plus être considérés seulement par l'administration "comme de simples vendeurs de fromages".

Par Avec AFP

"Les consommateurs sont déjà persuadés que nous sommes reconnus comme artisans, au même titre que les poissonniers ou les bouchers. C'est vrai que nous le sommes à travers notre métier mais pas aux yeux de l'administration qui nous classe seulement parmi les commerçants", a expliqué à l'AFP le vice- président de la fédération Les Fromagers de France, Stéphane Vergne, au Salon régional des métiers de l'alimentation et de l'hôtellerie-restauration à Toulouse.
Un amendement au projet de loi sur l'artisanat sera défendu mercredi, à l'Assemblée nationale, par le député de l'Hérault Frédéric Roig, pour proposer que les crémiers-fromagers soient reconnus comme artisans.
Séphane Vergne, "crémier-fromager depuis 1977 au marché couvert de Nîmes" où son fils a repris l'étal, était entouré à Toulouse de dizaines de collègues décidés à faire valoir leur "savoir-faire indéniable".
Nîmes : les fromagers réclament un vrai statut d'artisan
Reportage F3 LR D.De Barros et D. Pardanaud


Plus de 3.000 crémiers-fromagers travaillent en France, pour moitié en boutique et pour moitié sur les marchés, selon la fédération.  "Ce ne sont pas des producteurs mais ils pratiquent diverses activités artisanales : ils peuvent préparer le brie truffé ou affiner le maroilles à la bière, fabriquer des yaourts ou du fromage blanc, apporter tous les soins aux fromages pour qu'ils mûrissent dans de bonnes conditions", a énuméré M. Vergne, venu à Toulouse avec le président de la fédération, Philippe Olivier.
Le statut d'artisan permettrait notamment aux crémiers-fromagers de bénéficier de l'aide à l'innovation et de certaines formations. A travers cette demande de reconnaissance, la fédération dit aussi lutter "pour la survie du patrimoine fromager". "Nous distribuons 80% des fromages fermiers et au lait cru qui font le patrimoine de la France", a lancé M. Vergne, refusant que les fromagers soient seulement "mélangés avec les épiciers et la grande distribution".


Sur le même sujet

Les + Lus