Occitanie : vous pourrez bientôt financer l'économie régionale avec votre épargne grâce à une plateforme participative

Avec la crise sanitaire, l'épargne des Français n'a jamais été aussi importante. La Région Occitanie et la Chambre Régionale de Commerce et d'Industrie vont inciter les ménages à investir cet argent dans l'économie et les emplois du territoire via une plateforme de financement participatif locale.

Financement participatif (illustration)
Financement participatif (illustration) © Fred Haslin/PHOTOPQR/LE COURRIER PICARD

L'initiative est présentée comme une première en France : la Région Occitanie et la Chambre Régionale de Commerce et d'Industrie (CRCI) annoncent le lancement prochain d'une plateforme locale de financement participatif de l'économie de nos 13 départements. Objectif : lever 20 millions d'euros sur 5 ans pour aider à la réalisation de 200 projets chaque année (chiffre avancé par la Région).

Donner du sens aux placements des Français

Carole Delga, la présidente du Conseil Régional d'Occitanie, est partie du constat qu'en 2020, en raison de la crise sanitaire, l'épargne des Français a bondi pour atteindre près de 100 milliards d'euros. Elle fait le pari que les épargnants voudront investir cet argent sur leurs territoires, dans l'économie réelle et la création d'emplois locaux, en donnant du sens à leurs placements.

Le président de la CRCI, Alain Di Crescenzo, renchérit :

Je préside une société cotée et dans les assemblées générales, ce sont les actionnaires locaux qui se déplacent, car ils se disent : "c'est mon investissement, c'est mon entreprise". Les gens sont attachés aux produits locaux. Quelque part, on réinvente donc là les bourses locales, avec un côté encore plus important qui est celui de l'investissement citoyen et sécurisé. C'est exactement ce qu'il faut faire dans la période actuelle.

Alain Di Crescenzo,

Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Occitanie

Fidéliser les souscripteurs

L'ouverture de la plateforme devrait avoir lieu début avril 2021 et son activité devrait perdurer "au moins" pour l'année 2022. La suite sera conditionnée au résultat des élections régionales de juin prochain et à la volonté de la future majorité régionale. 

Mais d'ores et déjà, la CRCI va plus loin. Son président Alain Di Crescenzo espère fidéliser les souscripteurs sur le long terme : "La mise de départ qui sera demandée sera abordable, car on souhaite ouvrir le plus largement possible le dispositif afin de faire émerger une épargne populaire, solidaire et participative. La population doit abonder massivement. Mais elle doit aussi pouvoir réitérer son geste parce que quand on voit que ça marche, on prend confiance et y revient. L'idée n'est pas de faire du "one shot"".

Copilotes publics/privés

Mais attention, pas question de signer un chèque en blanc à une plateforme privée. Carole Delga précise :

Ce sera du copilotage public/privé, on va être associés, actionnaires avec la CCI. On sera dans la gouvernance de ce fonds et on donnera un coup de pouce financier pour garantir les projets.

Carole Delga,

Présidente de la Région Occitanie

Rendements au-dessus du Livret A

Région et CRCI promettent pour les investisseurs des rendements "au-dessus" du taux du Livret A (0,5% aujourd'hui), et même au-delà de ceux des fonds de placements en euros (moins de 1% aujourd'hui). Elles s'engagent aussi à garantir une partie de l'investissement des souscripteurs, à un niveau qui n'est pas encore fixé à l'heure où nous écrivons.

Elles affirment aussi qu'elles s'assureront de la viabilité des dossiers et de la durabilité des projets, qui seront examinés de manière exhaustive avec des critères de retombées économiques pour les territoires d'Occitanie. Des dossiers qui concerneront aussi bien des créations d'entreprises que des projets de développement d'entreprises existantes ou encore des souhaits de relocalisation d'une activité en Occitanie.

Irriguer tous les territoires

A terme, le but est d'irriguer économiquement l'ensemble des territoires régionaux, dont 80% sont ruraux. Mais comme le dit Alain Di Crescenzo : "Les premiers candidats, on les prendra où qu'ils soient. Il faut amorcer le mouvement, le rééquilibrage territorial suivra".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région occitanie politique économie économie numérique internet finances entreprises emploi