Loups évadés près de Perpignan : le parc animalier EcoZonia autorisé à ouvrir

La préfecture des Pyrénées-Orientales a demandé un audit du parc animalier de Cases-de-Pêne, après la fuite fin janvier de quatre loups, tout juste arrivés de Lettonie. Selon les conclusions du rapport, EcoZonia respecte les règles de sécurité en vigueur et rien ne s'oppose à son ouverture le 8 mai

L'entrée du parc animalier Ecozonia à Cases-de-Pêne près de Perpignan dans les Pyrénées-Orientales - 25/01/2021
L'entrée du parc animalier Ecozonia à Cases-de-Pêne près de Perpignan dans les Pyrénées-Orientales - 25/01/2021 © Olivier Got / Max PPP

La préfecture des Pyrénées-Orientales a donné le feu vert à l'ouverture du parc animalier EcoZonia, après avoir pris connaissance des conclusions de l'audit demandé en février. "Le contrôle réalisé sur place par la Direction Départementale de la Protection des Populations le 21 avril 2021, a permis de constater que les préconisations formulées par l’auditeur pour garantir la sécurité des enclos avaient bien été mises en œuvre", précise la préfecture dans un communiqué.

La mise en demeure adressée à l’exploitant est donc levée ; ce dernier est désormais autorisé à reprendre son activité d’hébergement.

Direction départementale de la protection des populations des Pyrénées-Orientales

Après la fuite de quatre loups du parc animalier, la préfecture des Pyrénées-Orientales avait mis en demeure l’exploitant d'EcoZonia de faire réaliser une expertise de la sécurité de l’ensemble des enclos par un auditeur qualifié en faune sauvage captive. L’audit demandé a été réalisé début février. Et ses conclusions sont favorables à l'ouverture d'une partie des activités du parc, celles autorisées par la situation sanitaire. 

Le parc a annoncé sur les réseaux sociaux l'ouverture au public de ses hébergements en lodge dans les enclos samedi 8 mai.

Des loups en fuite en janvier

Fin janvier, six loups arrivent du zoo de Riga en Lettonie. A peine installés dans leur enclos, l'un d'eux se montre agressif et réussit à s'échapper, suivi par trois de ses congénères. 

Deux des quatre loups sont rapidement retrouvés au sein des 26 hectares du parc animalier dédié aux grands prédateurs. Mais ils doivent être abattus en raison de leur comportement. Les deux autres s'évaporent dans la nature. Les gendarmes et les agents de l'Office français de la biodiversité (OFB) venus en renfort organisent des battues. Début février, les deux fuyards sont repérés par des agents de l'OFB du côté de Salses-le-Château à une vingtaine de kilomètres de leur point de départ. L'un des deux, blessé par un tir, sera retrouvé mort quelques jours plus tard. Le dernier échappé n'a pas encore été retouvé.

La responsabilité du zoo de Riga 

Mis en cause, le parc animalier, qui prévoyait d'ouvrir ses portes au public en avril, a tenu à préciser les raisons de cette fuite. Début mars, dans un communiqué, son directeur Cyril Vaccaro a directement pointé les responsabilité du zoo de Riga en Lettonie, d'où venait la meute de six loups. L'un des loups, d'ailleurs nommé "Psycho", avait des problèmes d’agressivité envers les humains. “On a beaucoup échangé par mail, mais malheureusement, le zoo de Riga ne nous a pas donné beaucoup d’informations sur les loups. Une fois les bêtes dans l'enclos, cet individu nous a violemment agressé à travers le grillage” explique le directeur. Le loup dangereux en question fait partie des deux qui ont été abattus après leur évasion.

Selon EcoZonia, le transport des loups est également responsable de leur état d'agressivité. Prévu pour durer 31 heures, le trajet s'est étalé sur 4 jours. La direction a d'ailleurs décidé de déposer une plainte pour maltraitance animale.

Un parc qui fait polémique

Le parc EcoZonia est dédié aux grands prédateurs et prévoit des hébergements en lodge pour passer la nuit dans l'enclos des animaux. Il fait, depuis son origine, réagir des militants écologistes et de la cause animale. Ils lui reprochent notamment "l'exploitation des animaux sauvages sous couvert de sauvegarde". Une quinzaine de militants d'Europe Ecologie Les Verts (EELV) a ainsi manifesté le 20 février près de la future entrée d'EcoZonia. 

Si le parc animalier peut ouvrir ses hébergements situés au sein des enclos des animaux, les autres activités demeurent fermées "conformément aux restrictions applicables aux ERP (établissements recevant du public) dans le cadre des mesures de lutte contre l’épidémie de COVID-19" a précisé la préfecture des Pyrénées-Orientales.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature zoo