Perpignan : 3 Népalais hospitalisés pour une suspicion de coronavirus, un poste de police brièvement confiné

Le service des maladies infectieuses de l'hôpital de Perpignan a mis en place des mesures spécifiques concernant le coronavirus / © Harmonie Pacione, France 3 Occitanie/Pays Catalan
Le service des maladies infectieuses de l'hôpital de Perpignan a mis en place des mesures spécifiques concernant le coronavirus / © Harmonie Pacione, France 3 Occitanie/Pays Catalan

Trois Népalais sans papiers qui auraient transité par l'Italie ont été interpellés mercredi 26 février à la frontière franco-espagnole. Ils ont été hospitalisés car l'un d'eux présentait des symptômes pouvant faire penser au coronavirus. Une dizaine de policiers du Perthus a été brièvement confinée.

Par Valérie Luxey

Trois individus, dont l'un présentait des symptômes pouvant faire penser au coronavirus, ont été interpellés mercredi 26 février 2020 dans un train à la frontière franco-espagnole, ce qui a eu pour effet de déclencher l'alerte et le bref confinement du poste de la Police Aux Frontières du Perthus (Pyrénées-Orientales).


Des Népalais qui auraient transité par l'Italie


Dépourvus de papiers mais déclarant être des Népalais venant semble-t-il d'Italie, les migrants ont d'abord été remis par les forces de l'ordre de Figueras (Catalogne) aux agents de la Police Aux Frontières (PAF) française du Perthus (Pyrénées-Orientales), en vertu de la procédure de réadmission prévue par les accords de Schengen.


Symptômes et déclenchement d'alerte


C'est alors que les policiers français ont noté chez l'un des 3 voyageurs des symptômes qui les ont alarmés. De source policière, un médecin de l'hôpital de Perpignan spécialiste des maladies infectieuses aurait ensuite pris contact avec le chef de service du poste de police. Il a préconisé le confinement de la dizaine d'agents présents.


4 à 5 heures de confinement


Toujours selon nos sources, ce confinement a duré 4 à 5 heures avant d'être levé. Car ce médecin aurait confirmé que les 3 individus, entre-temps évacués en ambulance privée vers l'hôpital de Perpignan, ne présentaient pas les symptômes du coronavirus.


Pas de test sur les policiers


Aucun test n'a été pratiqué sur les policiers et il leur a été conseillé de "ne pas s'inquiéter". Cependant, certains seraient anxieux à la suite de cet incident. 



Suspicion levée ?


Contactés par nos équipes, l'hôpital de Perpignan et l'Agence Régionale de Santé ne s'expriment pas pour l'instant sur cette suspicion. Selon l'ARS, jointe par la rédaction de France 3 Pays Catalan :
 

Nous avons plusieurs cas suspects dans les communes d'Occitanie. Nous ne communiquerons que si ces cas sont avérés.


A l'heure où nous écrivons, nous ignorons si les 3 Népalais sont toujours hospitalisés et si des tests ont été pratiqués sur eux, ou s'ils ont été remis en liberté.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus