4 nouveaux radars destinés à la sécurité routière en Roussillon

Radar pédagogique - illustration / © F3 LR
Radar pédagogique - illustration / © F3 LR

La préfecture des Pyrénées-Orientales annonce l'installation de radars pédagogiques à Maureillas, Maury, Villemolaque (Mas Sabole) et Perpignan (vers le centre pénitentiaire). Ils sont déjà en service. Ces 4 radars ne flashent pas, ils informent de la vitesse sans sanctionner l'automobiliste.

Par Fabrice Dubault


10 radars pédagogiques ont été attribués au département des Pyrénées-Orientales pour les années 2012/2013 sur des sites sans radar sanction, annonce la préfecture.

5 de ces appareils ont été installés en 2012 : 2 à Olette , 1 à Saint-Laurent-de-la-Salanque et 2 à Saint-Paul-de-Fenouillet. Ces deux derniers sont désormais démontés en raison de l'installation prochaine d’un radar tronçon ou radar de vitesse moyenne, à cet endroit.

4 autres radars viennent d’être mis en service à Maureillas, Maury, Villemolaque (Mas Sabole ) et Perpignan (vers le centre pénitentiaire).
L'installation du 10e appareil est suspendue pour des raisons techniques.

Le radar pédagogique ne sanctionne pas

Le radar pédagogique a pour seule fonction d'indiquer aux usagers de la route la vitesse à laquelle ils roulent au droit de cet appareil. Il affiche la vitesse, en vert si l’usager est en deçà de la limite, en rouge au-delà jusqu’à un seuil maximum (généralement 20 km/h au-dessus de la limite). En cas de dépassement, Il affiche également un message d’alerte qui incite les usagers à adapter leur comportement.

L'utilité des radars pédagogiques est double

Les radars pédagogiques sont installés soit sur des sites qui appellent à faire preuve d'une vigilance particulière soit en amont des radars sanction.
Les radars pédagogiques en amont des radars fixes sont installés à une distance aléatoire en fonction de la configuration des lieux.

L'installation d'un radar pédagogique en amont d'un radar fixe n'est pas une obligation réglementaire. En conséquence, l'absence éventuelle d'un radar pédagogique ou l'affichage d'une information incorrecte ne peut être un argument recevable pour contester une contravention.

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus