Colère des agriculteurs en Espagne : "nous avons exactement les mêmes revendications", des paysans français participent aux blocages

Le blocage de l'autoroute A9 se poursuit mercredi 28 février. Des agriculteurs français ont même apporté leur soutien aux manifestants espagnols, en traversant la frontière. Explications.

Une trentaine de paysans de la Confédération paysanne de la Haute-Garonne, de l'Aude et des Pyrénées-Orientales sont partis au petit matin, mercredi 28 février.

Ils se sont donné rendez-vous avec leurs homologues espagnols dans la commune de Tapis, pour rejoindre ensemble Figueres, en Espagne et bloquer l'autoroute.

Les mêmes revendications

À l'appel du syndicat Unio de Pagesos, des agriculteurs espagnols bloquent l'AP7 et l'A9 depuis mardi 27 février, la frontière par l'autoroute est inaccessible.

Si la Confédération paysanne rejoint les agriculteurs espagnols, c'est parce que les revendications "sont exactement les mêmes" selon la porte-parole du syndicat en Haute-Garonne, Hélène Delmas. "On manifeste ensemble pour plus de bon sens, c'est-à-dire arrêter d'importer dans nos pays des produits que nous sommes capables de produire. Des produits d'Afrique du Sud sont vendus en Espagne, ce n'est plus possible" ajoute la porte-parole, actuellement à Figueres en Espagne.

Il faut arrêter d'importer dans nos pays des produits que nous sommes capables de produire.

Confédération paysanne.

Réformes structurelles et protectionnisme

Mercredi, seule la Confédération Paysanne a rejoint les agriculteurs espagnols. "Nos revendications n'ont pas de frontière. Tous les agriculteurs ont les mêmes difficulté. Aujourd'hui nous demandons que des prix qui prennent en compte les spécificités de chaque région soient mis en place. "

Plus largement, le syndicat réclame des réformes à long terme de la part de l'Union européenne, plus soucieuses de l'environnement. Car aux revendications communes de ces syndicats français et espagnols, s'ajoute une problématique locale très préoccupante pour l'avenir : la sécheresse.

Mobilisation à durée indéterminée

Le blocage des autoroutes AP-7 et A9 ne devait durer initialement que jusqu'à mercredi. La mobilisation pourrait finalement s'achever jeudi 29 février, voire plus.

De son côté, la porte-parole de la Confédération paysanne de la Haute-Garonne confie "ne rien s'interdire. On pourrait très bien dormir sur place et continuer la lutte commune."