Coronavirus : Yvan Le Bolloc'h réunit artistes et footballeurs pour aider l'hôpital de Perpignan et la communauté gitane

Publié le Mis à jour le
Écrit par Valérie Luxey

En quelques jours à peine, le comédien et musicien Yvan Le Bolloc'h a réuni artistes et sportifs, dont plusieurs joueurs du MHSC, pour un clip de soutien au centre hospitalier de Perpignan, qui soigne de nombreux gitans atteints du coronavirus. Une communauté dont Yvan Le Bolloc'h est très proche.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022
Le clip vidéo a été mis en ligne il y a deux jours par son initiateur, le comédien et musicien Yvan Le Bolloc'h. Son objectif : appeler le public à donner en faveur du centre hospitalier de Perpignan, en première ligne dans la lutte contre le coronavirus sous le mot dièse #EsperanzaPerPerpinya.
 


Un hôpital au chevet des malades de la communauté gitane


L'idée est venue du guitariste du groupe "Yvan Le Bolloc'h&Ma Guitare", Patrick Baptiste, inquiet face à l’ampleur du nombre de décès et de malades gravement atteints du COVID-19 au sein de la communauté gitane, très implantée entre Béziers et Perpignan :
 

Il s'agissait de faire une vidéo réunissant les grands noms du monde gitan en vue de récolter des fonds au profit d’un hôpital de la région.


Des Gipsy Kings et des footballeurs du MHSC


La vidéo réunit donc des artistes issus de la communauté des gens du voyage, au premier rang desquels les Gipsy Kings Nicolas Reyes et Tonino Baliardo, originaires d'Occitanie, ainsi que Kendji Girac et son guitariste Kema Baliardo. C'est ce dernier qui a contacté Laurent Pionnier, l'ancien gardien de but du club de Montpellier, le MHSC :
 

C'est allé très vite : il y a une semaine et demie, Kema m'a contacté. C'est un ami d'enfance très proche, il m'a parlé de cette initiative et c'est tout naturellement que j'ai essayé d'apporter ma contribution à quelque chose de joli, à une cause noble.


Laurent Pionnier : "c'est le cœur qui parle !"


Laurent Pionnier n'a pas hésité : "c'est le cœur qui parle ! Je suis très proche de la communauté gitane, c'est là que j'ai grandi. Le coronavirus, on en parle, on sait que tout le monde est très touché".
 
"Kema m'a dit : tu as quelques heures pour faire une petite vidéo" : celui qui travaille aujourd'hui pour le syndicat des joueurs professionnels, l'UNFP, a fort à faire en ce moment avec l'arrêt des championnats, mais il a donc pris le temps de demander à sa femme de le filmer en train d'intercepter quelques ballons envoyés par ses deux fils, depuis leur lieu de confinement à Montpellier.


Delort, Ferri, Laborde et Savanier en renfort


Plusieurs autres footballeurs du MHSC, membres ou proches de la communauté gitane, figurent aussi dans le montage final. Il s'agit d'Andy Delort, Jordan Ferri et Gaëtan Laborde. Une première version dans laquelle n'apparaît pas Téji Savanier, qui a pourtant lui aussi participé à l'aventure.


Kendji, Patrick Sébastien et Sanseverino dans les chœurs


Apparaissent également d'autres artistes tels que l'animateur, chanteur et humoriste Patrick Sébastien ou encore l'auteur compositeur interprète Sanseverino.


Un texte en hommage émouvant à l'hôpital de Perpignan


Dans un communiqué, tous expliquent les raisons pour lesquels ils ont voulu aider l'hôpital de Perpignan :
 
  • "Parce que nombre de nos proches y ont été soignés.
  • Parce que, touchés par l'engagement total des soignants, nous tenions plus que tout à les aider.
  • Parce qu'il accueille et soigne avec la même ferveur tous les malades sans distinction de race, d'origine, de couleur de peau ou de religion.
  • Parce qu'il est nous est impossible de rester les bras croisés quand le personnel soignant, d'entretien, de restauration risque, chaque jour qui passe, sa vie pour accueillir et prendre soin.
  • Parce que le service public est la seule richesse des pauvres.
  • Parce qu'on ne terrasse pas un dragon avec un bout de bois et qu'aujourd'hui encore, il manque toujours de matériel de protection pour les soignants.
  • Parce que l'hôpital de Perpignan est à la croisée des chemins entre l'Aude et les Pyrénées-Orientales.
  • Parce que si Salvador Dali était toujours vivant, il dirait que le centre du monde, c'est l'hôpital de Perpignan".
Touché par cet appel, le centre hospitalier de Perpignan a tenu à saluer cette action et à la relayer.