• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

A la découverte des trésors de l’Observatoire Océanologique de Banyuls-sur-Mer

L'Observatoire Océanologique de Banyuls-sur-Mer est plus connu sous le nom de "Laboratoire Arago" et est implanté depuis 1882. / © PHOTOPQR/L'INDEPENDANT/MAXPPP
L'Observatoire Océanologique de Banyuls-sur-Mer est plus connu sous le nom de "Laboratoire Arago" et est implanté depuis 1882. / © PHOTOPQR/L'INDEPENDANT/MAXPPP

L’Observatoire Océanologique de Banyuls-sur-Mer est plus connu sous le nom de "Laboratoire Arago". Plus d’un siècle après sa création, découvrez les archives de la station marine, implantée depuis 1882.

Par Olivia Boisson


Depuis 1882, l’Observatoire Océanologique de Banyuls-sur-Mer, plus connu sous le nom de « Laboratoire Arago », voit défiler des centaines de chercheurs. Tous, ont avancé dans les pas du fondateur Henri Lacaze Duthiers, un zoologiste de la Sorbonne et amoureux de la Méditerranée.

Un pari audacieux

Cet observatoire représente l’aboutissement d’un défi audacieux que s’est lancé Henri Lacaze Duthiers. La structure est sur la cote rocheuse, ce qui représentait "le bout du monde" à l’époque. Les archives de l’Observatoire comportent l’empreinte du passionné de sciences et la transmission de son savoir, comme nous l’explique Sandrine Bodin, la responsable de la bibliothèque du Laboratoire Arago.

Etant loin de la Sorbonne, Henri Lacaze Duthiers voulait créer une bibliothèque pour les chercheurs permanents et les naturalistes de passage et il l’a fait grâce à ses propres livres, entre autres. Le plus vieil ouvrage date de 1630, il concerne l’histoire du corail et est écrit en latin.

La naissance de la photographie sous-marine

Le dessin scientifique est d’abord naïf, puis, il évoluera au fil des ouvrages. Ensuite, naîtra à Banyuls-sur-Mer la photographie sous-marine. La première a été saisie sous les eaux de ce territoire, par Louis Boutan, en 1893. Ce biologiste a immergé un appareil photo dans un caisson. Pas de flash, ni de lumière artificielle, seule la patience a participé à la naissance de cette œuvre.

Découverte d’un message énigmatique

Sandrine Bodin a découvert dernièrement un message énigmatique, dans un carton qui sommeillait au grenier.

Ne vous découragez pas, le dernier carton contient leur message et une récompense. Amicalement vôtre.

Il s’agit en réalité d’un élément de scaphandre sans doute utilisé par les premiers plongeurs du laboratoire Arago, à l’époque des premières expéditions et observations sur la récolte du plancton. Une époque foisonnante et animée par des passionnés, accompagnés, selon Sandrine Bonin, par "l’exaltation de la découverte".


Voici le reportage d'Aude Chéron et Sarah Karama.
Crédits : Archives audiovisuelles de Monaco . Don du SAS Albert de Monaco à l'Observatoire de Banyuls - 2017 / © Bibliothèque du Laboratoire Arago / Sorbonne Université


 

Sur le même sujet

Une vie portuaire découverte à Lattes

Les + Lus