Leucate : les producteurs d'huîtres misent sur la vente à emporter, faute de dégustation sur place

Depuis le mois de mars, les ostréiculteurs ont dû renoncer à faire déguster leurs produits sur place. Un moment de convivialité perdu, mais aussi un lourd manque à gagner. Pour les fêtes de fin d'année, moment crucial pour le secteur, les espoirs reposent sur la vente à emporter.

Les stocks sont prêts pour les fêtes de fin d'année. En deux semaines, Jordi Peralta peut écouler jusqu'à 20 tonnes d'huîtres.
Les stocks sont prêts pour les fêtes de fin d'année. En deux semaines, Jordi Peralta peut écouler jusqu'à 20 tonnes d'huîtres. © FTV / Michael Flores

Le bord de mer est déserté. Habituellement, le dimanche, les amateurs d'huîtres affluent à Leucate pour déguster la production locale. Mais depuis le mois de mars, ce moment de partage est devenu impossible. Si la vente à emporter peine à entrer dans les habitudes, elle pourrait tout de même sauver les recettes des fêtes de fin d'année.

La dégustation sur place, difficilement remplaçable

"La clientèle et le côté convivial nous manquent", regrette Corinne Lioust dit Lafleur, vendeuse d'huîtres sur le port. "Normalement, à cette époque de l’année, les clients sont des habitués qui connaissent la maison et le personnel."

Cette année, confinement oblige, les quelques clients ne font que passer. "C’est moins sympathique", avoue un client de Corinne Lioust. "On ne peut plus manger ici, donc on vient seulement chercher la commande, avant de rentrer à la maison."

"D'habitude, il fallait réserver ici le dimanche pour avoir de la place", se souvient Jordi Peralta, ostréiculteur à Leucate. "On pouvait écouler jusqu'à une tonne d'huîtres en un week-end !"

Sur le port, les établissements de dégustation sur place d'huîtres sont désertés. Comme les restaurants, ils ont dû fermer en raison de la crise sanitaire.
Sur le port, les établissements de dégustation sur place d'huîtres sont désertés. Comme les restaurants, ils ont dû fermer en raison de la crise sanitaire. © FTV / Michael Flores

L'interdiction de la dégustation sur place a donc de lourdes conséquences financières pour les producteurs. 

Notre régime économique est basé depuis quelques années sur la dégustation.

Jordi Peralta, ostréiculteur à Leucate

Yoann Guinot, également ostréiculteur à Leucate, le constate. "Puisqu'on peut pas accueillir nos clients pour manger ces huîtres sur place, on se retrouve avec une baisse de 75% du chiffre d'affaires pendant plusieurs mois... C'est très compliqué."

Des huîtres à emporter

Pour combler cette absence, les producteurs d'huîtres ont mis en place dès le premier confinement un système de vente à emporter. Même si les établissements de dégustation restent fermés, les clients peuvent prendre rendez-vous pour que le producteur leur remette directement leur commande.

Cependant, de nombreux clients ont renoncé à consommer des huîtres, en croyant - à tort - qu'ils ne pouvaient circuler que dans un rayon de 20km. "Les gens n’osaient pas trop se déplacer jusqu'à nous", regrette Yoann Guinot.

Sur rendez-vous, Yoann Guinot, ostréiculteur à Leucate, remet directement leur commande à ses clients.
Sur rendez-vous, Yoann Guinot, ostréiculteur à Leucate, remet directement leur commande à ses clients. © FTV / Michael Flores

Comparée aux recettes de la dégustation, la vente à emporter reste donc "dérisoire" pour ce producteur. 

Mais à dix jours du réveillon de Noël, les ostréiculteurs restent optimistes. "Malgré cette année particulière, la demande des professionnels et de la grande distribution démarre plutôt bien", se réjouit Jordi Peralta, qui peut écouler jusqu'à vingt tonnes d'huîtres en deux semaines lors de cette période.

Les ostréiculteurs s'affairent actuellement au calibrage, la dernière étape de la production. "Maintenant, on attend nos clients de pied ferme pour les fêtes", renchérit Yoann Guinot. "On compte sur eux !"

À partir du 20 janvier, le site conchylicole de Leucate devrait pouvoir retrouver pleinement son rythme de vie et sa clientèle.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mer économie coronavirus/covid-19 entreprises alimentation société cuisine gastronomie