Mémoires croisées : quand une fille de SS et une petite-fille de Franquiste se rencontrent pour partager leurs histoires

Barbara Brix et Loreto Urraca portent toutes les deux une lourde histoire de famille : l'une est fille de SS, l'autre petite-fille de Franquiste. Dans une rencontre ouverte au public, organisée par une librairie de Port-Vendre, elles ont pu partager et croiser leurs vécus.

Transmettre la mémoire, l'histoire de leur famille, pour mieux s'en détacher. Barbara Brix est fille d'un SS, Loreto Urraca petite-fille d'un Franquiste. Toutes les deux ont découvert le lourd passé de leur famille après la mort de leurs aïeux ; elles étaient réunies à Port-Vendre, dans une rencontre ouverte au public organisée par la librairie Oxymore, afin de partager leurs histoires.

Pour Barbara, ancienne professeure de langues et d'histoire, la révélation est venue d'un ami, archiviste et historien. Le père de cette Allemande, maintenant installée à Perpignan, est décédé en 1980. Des années après, en 2006, son ami lui rend visite, et lui demande brusquement : "Barbara, savais-tu que ton père a fait partie des Einsatzgruppen ?"

"Le choc de ma vie"

"D’abord, ça a été le choc de ma vie, se souvient Barbara Brix. Et en même temps, c'était bizarre mais j’avais aussi comme un sentiment de soulagement. Car je me suis rendu compte que pendant les dernières années, j’avais le sentiment qu’il y avait quelque chose de faux dans le narratif familial, on ne parlait presque pas de la guerre. Il y avait un soupçon en moi."

Le choc de la révélation passé, l'ancienne professeure se met immédiatement à faire des recherches sur le passé de son père, le médecin Peter Kröger. Elle sait qu'il avait été sur le front russe pendant la Seconde Guerre mondiale ; elle découvre vite qu'il s'est porté volontaire, dès septembre 1939, pour faire partie des SS allemands. Il part même avec les Einsatzgruppen, les unités d'extermination du IIIe Reich, et participe à l'invasion de l'Ukraine en 1941.

J'ai mené des recherches pour me confronter à cette terrible vérité. Avant, je n’aurais jamais pu imaginer que mon père soit présent dans un acte d’extermination.

Barbara Brix, fille d'un SS

France 3 Occitanie

"J'ai trouvé un document qui date du procès contre les Einsatzgruppen. Un commandant interrogé racontait qu’à Lviv, il avait reçu l'ordre de fusiller, avec son commando, une centaine de personnes juives, rapporte Barbara Brix. Ce commandant dit qu'il y avait invité le médecin, mon père, pour garantir par sa présence que ça se passe de manière "clean". Là, j'ai eu la première preuve."

Barbara découvre ensuite que son père était probablement présent, avec son commando des Einsatzgruppen C, lors du massacre de Babi Yar, à Kiev, en septembre 1941. La Shoah par balle y avait fait 33 771 victimes parmi la population juive.

Mémoire traumatique

Ses recherches ont permis à Barbara Brix de se détacher de l'histoire de son père, en parler permet d'extérioriser cette mémoire traumatique. Loreto Urraca a vécu la même chose avec l'histoire de son grand-père paternel, policier en Espagne pendant la Seconde Guerre mondiale, en réalité "chasseur de Rouges", ces républicains qui avaient fui l'Espagne franquiste.

C'est en lisant le résumé d'une thèse, justement intitulé "Chasseur de Rouges" et paru dans la presse, que Loreto tombe sur la photo et le nom de son grand-père, à sa "grande surprise". Elle apprend dans ce résumé que son aïeul, en tant que policier, était chargé "de localiser où étaient les plus hauts responsables de la République, pour les capturer et les rapatrier en Espagne. Certains ont été exécutés", résume cette Espagnole, maintenant installée en France.

Quand je lis l'article, j'ai un fort sentiment de honte. La honte de me savoir petite-fille d’un bourreau tortionnaire, capable d’attraper des personnes en sachant qu’elles allaient être exécutées.

Loreto Urraca, petite-fille de Franquiste

France 3 Occitanie

En 2008, au moment de sa découverte, son grand-père est mort depuis longtemps, en 1989, et elle n'entretient que peu de liens avec sa famille paternelle. Pourtant, Loreto Urraca ne se lance pas tout de suite, comme l'avait fait Barbara Brix, dans la recherche de vérité. "Je n’ai pas su assumer à ce moment-là. Je ressentais plus de la rage, parce que ce nom de famille n'est pas très commun en Espagne, et quelqu'un pouvait faire un lien très facilement entre ce bourreau et moi-même."

Ce lien, une journaliste le fait, "quelque temps plus tard", en demandant à Loreto de participer à un reportage. "Elle me donnait la possibilité de donner mon impression, c'était mon premier acte de dénonciation publique. J'ai ressenti le besoin de défier ce tortionnaire."

"Chasseur de Rouges" et agent nazi

Cet événement sert de déclencheur, et Loreto Urraca se met à consulter une série d'archives pour en apprendre plus. Elle découvre peu à peu "une deuxième facette de [son] grand-père : il n'était pas seulement un "chasseur de Rouges", mais aussi un agent nazi." Pedro Urraca est soupçonné, notamment, d'avoir facilité la capture de Jean Moulin par les nazis. En 1948, il est d'ailleurs condamné en France à la peine de mort par contumace.

Durant ses recherches, Loreto Urraca se rend aussi compte que le sujet de l'exil républicain et de l'implication de l'Espagne dans la Seconde Guerre mondiale n'est que très peu abordé dans le pays. "Ce qui était terrible pour moi, c'est qu’on aurait dit que j’étais la seule à faire des recherches. C'est un parcours solitaire, ingrat."

Je ne ressentais pas de la culpabilité, mais de la responsabilité : je devais donner une valeur à toutes les informations que j’avais, c'était mon seul moyen de réparer, à ma façon, tout le malheur.

Loreto Urraca, petite-fille de Franquiste

France 3 Occitanie

Loreto se lance alors dans l'écriture d'un roman, mêlant l'histoire à la fiction, pour finaliser le "trajet de dé-filiation" avec son grand-père paternel. Comme des hyènes, Portrait de famille sur fond de guerre paraît en décembre 2023. Une véritable volonté de transmettre, pour celle qui n'avait "jamais eu de transmission de mémoire" dans sa famille.