MÉTÉO CLIMAT. Sécheresse, chaleur et canicule, un désert aride est en formation dans le sud de la France

Chaque année signe de nouveaux records météorologiques pour les Pyrénées-Orientales. Des saisons plus chaudes, des étés plus venteux, des années avec toujours moins de pluie et de neige, le Roussillon est-il en voie de désertification ?

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Les chiffres sont là, depuis quelques années, le département des Pyrénées-Orientales est soumis à des températures moyennes plus élevées et à un régime sec au niveau des précipitations.

Sept territoires catalans sont particulièrement touchés. Le littoral, la plaine orientale, les Albères, les Corbières, les Fenouillèdes, les Aspres et le Vallespir. Dans une moindre mesure, le Conflent.

Toujours moins de pluie

2023 a été l'année la moins arrosée à Perpignan depuis l'ouverture de la station météo, il y a 100 ans, avec seulement 245mm de pluie. 2022 avait déjà battu un record avec 305 mm en 12 mois. Et 2021 avait cumulé un niveau très bas, 425mm.

La moyenne annuelle entre 1991 et 2010 étant de 578mm.

Des chiffres très loin de la moyenne en France comprise entre 900 et 1 000mm. Les Pyrénées-Orientales étant le 96e et dernier département de France en matière de pluie.

Dans le Top 3, on retrouve le Finistère, les Pyrénées-Atlantiques et le Jura.

Le cumul de précipitations sur 2 ans, 2022/2023 est de seulement 550mm, d'où le manque d'eau récurrent dans les nappes phréatiques et la sécheresse des sols et des rivières. Le précédent record date de 1927/1928 avec 692mm de pluie mais à l'époque, il faisait beaucoup moins chaud et cette hausse annuelle des températures aggrave encore plus la sécheresse due à la faible pluviométrie.

Toujours plus de chaleur

Si les étés sont chauds avec de plus en plus de journées à plus de 37°C voire 40°C, les températures automnales et hivernales sont anormalement hautes, notamment en plaine. Les journées à moins de 20°C deviennent rares.

Le 13 novembre, il a fait 28,5°C à Céret. Mercredi 18 octobre, le thermomètre a battu un nouveau record à Perpignan. La température a dépassé les 30°C. Du jamais-vu à cette période au XXIe siècle.

En altitude, l'isotherme 0 a tendance à être de plus en plus haute, même en hiver. L’isotherme 0 degré représente l’endroit où il fait zéro degré lorsqu’on s’élève dans l’atmosphère. Par conséquent, il faut monter de plus en plus haut pour avoir de la neige et elle fond plus rapidement puisqu'il fait de moins en moins froid en altitude.

Côté ensoleillement, le Roussillon est parmi les territoires le plus lumineux avec le Var (2 995h), les Bouches-du-Rhône (2 989h), les Alpes-Maritimes (2 952h), la Corse (2 930h), le Gard (2 706h) et l'Hérault (2 674h). 2 590 heures en 2022 contre 1 600 heures en moyenne en France.

Toujours moins de froid

En hiver, le mercure baisse de moins en moins. En 1999, la température la plus froide enregistrée en plaine était de -9°C, -11°C en 2010, -5°C en 2020, -6°C en 2022.

Et la période de gel est de plus en plus courte voire inexistante certaines années, comme en 2023.

durée de la vidéo : 00h02mn02s
À Rivesaltes, près de Perpignan, en ce début janvier, la terre est totalement desséchée comme en plein mois d’août. Les arbres sont sous-alimentés en eau. Denis est arboriculteur, il n’a pas d’autre choix que d’arracher ses abricotiers morts ou trop affaiblis pour survivre. ©FTV

L'agriculture catalane en péril ?

À Rivesaltes, près de Perpignan, en ce début janvier, la terre est totalement desséchée comme en plein mois d’août. Les arbres sont sous-alimentés en eau.

Denis est arboriculteur, il n’a pas d’autre choix que d’arracher ses abricotiers morts ou trop affaiblis pour survivre. La sécheresse qui dure depuis maintenant deux ans a fini par avoir raison de son verger. Dans un département agricole ou l’arboriculture et la viticulture dominent, l’inquiétude est grandissante.

70% du verger est mort à cause de la sécheresse en 2022 et 2023. Alors on a dû tout arracher. On a perdu notre outil de production pour des années.

Denis Basserie, arboriculteur à Rivesaltes

Dans les Pyrénées-Orientales, l’année commence comme elle s’est achevée. Sans une goutte de pluie. Symbole de cette sécheresse, le lac de Villeneuve-de-la-Raho. Son niveau est au plus bas, avec un retrait de l’eau sur plusieurs dizaines de mètres. Le lac est vide aux 2/3.

Il manque 12 millions de m³ pour le remplir. C'est énorme. Il faut changer notre logiciel pour le tourisme, pour l'agriculture et surtout stocker la moindre goutte d'eau avec une gestion des barrages très stricte.

Nicolas Garcia, vice-président du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales chargé de l'eau

Pourtant, la France a été arrosée copieusement cet automne et cet hiver. Il a plu ailleurs mais pas dans les Pyrénées-Orientales… Rien ou presque.

Les mesures de restrictions d’usage de l’eau ont d'ailleurs été prolongées jusqu’en février. S’il ne pleut pas beaucoup d’ici au mois de mars, 2024 sera pire que 2023.

Écrit avec O. Meyer et A. Sabatier. Infographies : I. Petit-Félix.