Pyrénées-Orientales : la plaine Illibéris recense ses friches agricoles

En 2020, le département et la Chambre d'agriculture des Pyrénées-Orientales ont lancé le recensement de friches sur les communes d'Elne, Saint-Cyprien, Latour-Bas-Elne et Argelès. Situées le long du Tech au cœur d'une zone de 1700 ha, ces terres agricoles auparavant non cultivées le sont désormais.

Elne dans la plaine d'Illibéris jusqu'au littoral.
Elne dans la plaine d'Illibéris jusqu'au littoral. © Ville d'Elne

"On a les meilleures terres du Roussillon, s'exclame Nicolas Garcia, le maire de la ville d'Elne. Ce sont des terres chaudes. Le limon du Tech retient davantage la chaleur. Le sol se draine bien et s'aère parfaitement."

Ici on jette une graine puis on met une goutte d'eau, et voilà qu'un légume pousse.

Nicolas Garcia, maire PCF d'Elne et conseiller départemental des P.-O.

L'édile est convaincu que sa commune détient un véritable trésor : "Toutes ces terres du delta du Tech ont, depuis les temps anciens, profité à l'agricultureAussi, aujourd'hui voir des parcelles non cultivées, c'est un crève-coeur."

C'est armé de ce constat que, dès 2018, Nicolas Garcia, avec sa casquette de conseiller départemental, a fait partie de ce projet ambitieux : recenser les friches dans cette zone fertile et irrigable pour qu'elles soient désormais exploitées.

Près de 300 ha de friches

Une Commision intercommunale d'aménagement foncier (CIAF) entre les communes d'Elne, Saint Cyprien, Latour-Bas-Elne et Argelès a délimité un périmètre de prospection de 1700 ha pour dénicher les parcelles à l'abandon ou manifestement sous-exploitées. Dès fin février 2020, des agents de la Chambre d'agriculture, le plan cadastral à la main, ont sillonné le secteur pour débusquer les parcelles non cultivées. Les résultats sont sans appel : près d'un cinquième de la superficie contrôlée est en friche.
En charge du projet, le service foncier rural agricole du département communique que sur les 2580 parcelles concernées, 372 sont incultes. Soit 290 ha, sans compter les 83 ha de bois ou taillis le long du Tech.

Actuellement, la Chambre d'agriculture informe par courrier chaque propriétaire. Et dès le mois de juin, en application du Code rural, le préfet des Pyrénées-Orientales demandera expressément un projet de mise en valeur de sa terre. Un projet d'exploitation agricole que le propriétaire devra impérativement présenter aux services de l'Etat à la fin août, pour être exécuté dans l'année qui suit. Si rien n'est fait au bout d'un an, il devra soit louer, soit vendre sa parcelle à un exploitant agricole.

Champ maraîcher à Elne
Champ maraîcher à Elne © André Trives


"Dire qu'il y a beaucoup de jeunes agriculteurs qui voudraient s'installer et qui ne trouvent pas de terrain agricole, remarque André Trives. Ce sont des terres parfaites pour le maraîchage, l'arboriculture et les céréales."

Vu qu'elles n'ont pas été cultivées durant une longue période, on obtient la certification bio dès la première année.

André Trives, permaculteur à Elne

André pratique la permaculture depuis 2017 avec 1,5 ha. Il aimerait, lui aussi, s'agrandir en louant ou achetant des terres. Mais les propriétaires font de la rétention, souvent pour de la spéculation foncière.

"C'est malheureux qu'il faille passer par la loi, regrette Nicolas Garcia. Mais c'est la seule solution." Et de poursuivre : "Il y a même les entreprises, ajoute- comme Prosain à Bages, Alterbio au Marché Saint-Charles et Terraneo à Saint-Hippolyte. Toutes cherchent des exploitations en bio. Mais ce ne sont pas les seules. Les propriétaires des plantes aromatiques de Latour Bas-Elne voudraient également se développer."

Elne future ville verte

Le vent a tourné sur la commune d'Elne. Avec des décisions comme ne plus développer la construction de lotissements "qui dévorent les bonnes terres". Et des projets, avec la plantation d'arbres. Une initiative que Jérôme Cressole du collectif "Pour la sauvegarde du canal d'Elne" voit d'un bon oeil.

 Les arbres vont permettre de garder l'humidité et permettre le ruissellement de la pluie. Donc cela économise l'eau car elle pénètre plus facilement dans les nappes phréatiques. C'est essentiel vu le réchauffement climatique qui se profile. Et puis j'espère que l'on va pratiquer l'agroforesterie, que l'on plantera des arbres au milieu des champs de légumes, car ce sont ces racines qui font remonter les nutriments pour alimenter les plantes.

Jerôme Cressole, Collectif "Pour la sauvegarde du Canal d'Elne"


Conscient du développement des circuits courts, le maire veut profiter de cette dynamique, et se dit prêt à racheter des terres pour initier les jeunes agriculteurs à ces nouvelles pratiques agricoles respectueuses de l'environnement. Un projet de centre de formation en agro-écologie est d'ailleurs dans les tuyaux. De quoi transformer Elne en première ville verte des Pyrénées-Orientales, le département le plus écolo de France avec ses 34% de ses terres agricoles cultivées en bio.

Elne va planter 10 000 arbres en 2021

Le samedi 20 février, la ville d'Elne lance sa campagne de plantations citoyennes d'arbres. Pour cette journée, l'association "Arbre et Paysages 66" a sélectionné 1 000 premiers plants d'essences autochtones. Des micocouliers, entre autres, et des fruitiers comme le grenadier mais aussi des agrumes seront plantés un peu partout dans les espaces verts de la ville. Une initiative festive et familiale placée sous le signe de l'agroforesterie.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie agriculture bio agro-alimentaire aménagement du territoire environnement