Cet article date de plus de 4 ans

Pyrénées-Orientales : les sangliers ravagent les vignobles

Même si 13 000 sangliers ont été abattus l'année dernière dans les Pyrénées-Orientales, les dégâts causés dans les cultures et notamment les vignobles, ont été particulièrement importants.
Une laie et ses petits. Archives 2010.
Une laie et ses petits. Archives 2010. © FREDERICK FLORIN / AFP
Parcelle détruite ou complètement dévorée, les dégâts causés par les sangliers dans les vignes des Pyrénées-Orientales sont considérables.

Baptise Bourrel est vigneron à Saint-Paul-de-Fenouillet, les sangliers ont dévoré 80% de sa parcelle de raisin de table. Pour lui, c’est un préjudice énorme, car au printemps déjà, les bêtes sauvages lui avaient arraché tous les rameaux principaux :

L’année prochaine je n’aurais pas de taille donc je vais perdre deux ans de récolte minimum.


Pourtant, il avait suivi les conseils des chasseurs et s’était équipé de clôtures électriques, mais le sanglier se faufile en dessous. Et grâce à sa crinière de poils, le sanglier ne prend pas le jus.

Le reportage d'Alain Sabatier et Phillipe Cheneaux de Leyritz

durée de la vidéo: 01 min 53
Pyrénées-Orientales : les sangliers ravagent les vignobles ©France 3 LR

Dans une parcelle, à quelques kilomètres de là, à Caudiès-de-Fenouillèdes, même constat. 100% de la parcelle de chardonnay des Bourg a été détruite. Les 3 jours de battues hebdomadaires n'ont pas suffi. Ils regrettent que les chasseurs n'aient pas eu l'autorisation d'effectuer des tirs d'été à l'aube et en fin de journée.

La seule façon d’éviter ces dégâts c’est le classement nuisible à l’année.


Un classement qui donnerait la possibilité de procéder à la régulation de l’espèce. il ne s'agit pas d'une prolongation de la période de chasse, mais une autorisation pour le demandeur, dans ce cas, l’agriculteur de procéder à des tirs de destruction.

La fédération de chasse du département est contre ce classement, mais elle consciente de la prolifération.
13000 sangliers tués en 2016 soit deux fois plus qu'il y a cinq ans.
Les chasseurs indemnisent le monde agricole, 180 000 euros la saison dernière mais cette année cela ne suffira pas.


Nous n’avons pas assez des cotisations des chasseurs pour indemniser, on va s’orienter vers un déficit de l’ordre de 70 000 euros.


Et pour combler ce déficit les chasseurs devront assumer une augmentation de leur cotisation à venir.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux sorties et loisirs vins agriculture économie viticulture