Saint-Cyprien : le maire monte au créneau contre l'installation illégale des gens du voyage dans la cité balnéaire catalane

Coup de colère du maire de Saint-Cyprien et de cinq autres édiles, toutes étiquettes politiques confondues, dans les Pyrénées Orientales : ils dénoncent l'installation illégale des gens du voyage dans leurs communes, alors que l'aire aménagée spécialement pour leur passage reste vide.

Le ras-le-bol du maire de Saint-Cyprien dans les Pyrénées Orientales: avec cinq autres maires de la communauté de communes Sud-Roussillon, il s'insurge contre l'installation illégale des gens du voyage sur leur territoire.

Un comble pour ces élus locaux, d'autant qu'une zone de deux hectares et demie, aménagée par la commune de Saint-Cyprien pour accueillir les caravanes de passage, reste désespérément vide.

Pour les six élus de ce territoire situé au sud de Perpignan, le constat est amer car près de 500 caravanes font actuellement du camping sauvages sur le secteur, avec des branchements illégaux sur les réseaux d'eau et d'électricité.

Nous avons une aire de grand passage qui correspond aux besoins des gens du voyage, avec de l’eau, de l’électricité, de l’herbe, des arbres, de quoi les accueillir de façon très digne ! Mais à quoi cela sert-il si, en plus de ces investissements, nous devons supporter ces installations illégales sur des terrains classés Natura 2010 ? Ce sont des terres dont on prend soin au quotidien, pour préserver la faune, la flore et la ressource en eau et qui sont saccagées par les détergents et ces installations catastrophiques !

Thierry Del Poso, maire de Saint-Cyprien

Appel à l'aide auprès de l’État

Thierry Del Poso, maire de Saint-Cyprien depuis 2009, a écrit au ministre de l'intérieur pour lui demander de l'aide : un véritable appel au secours aux représentants de l'état pour tenter de régler par tous les moyens possibles, par la loi ou par la contrainte, ce problème récurrent.

"Nous sommes devant un état complètement inefficace et démuni ! Aujourd’hui, le préfet a lancé une demande d’expulsion sur le groupe qui est là depuis trois semaines que parce que j’ai écrit à Monsieur Darmanin, sachant qu’il leur a demandé de partir à la date que eux-mêmes avait fixé, il y a trois semaines. On en est là ! " se désole le président communautaire.

Pour leur part, les gens du voyage concernés ont refusé de répondre aux questions de notre équipe de France 3 Pays Catalan.

1000 places de plus d'ici 2026

Depuis début juillet, les installations sauvages de gens du voyage se multiplient sur le territoire de la communauté de communes Sud-Roussillon. Un phénomène récurrent qui se produit quasi chaque été, en partie, par manque de places.

Selon le schéma départemental d'accueil des gens du voyage 2014-2020, il manque 320 places pour les grands passages estivaux en pays catalan. Le nouveau schéma (2021-2026), publié le 21 juin par la préfecture des Pyrénées-Orientales, recommande la création d'environ 700 places supplémentaires entre les aires de grand passage et les terrains de délestage provisoire.

Sud-Roussillon devrait donc doubler la capacité d'accueil de son aire de grand passage de Saint-Cyprien. De son côté, la communauté urbaine de Perpignan, priée d'aménager, 200 nouvelles places en aire de grand passage et un terrain de délestage pour accueillir 200 caravanes d'ici 2026, a voté contre le nouveau schéma le 28 juin dernier.