VIDEO. Trafic de drogue. L'argent était réinjecté et blanchi dans des activités légales, un énorme réseau démantelé entre la Suisse, l'Italie et l'Espagne

Une opération d'envergure menée conjointement en Italie, en Espagne et en Suisse a permis, mardi 17 octobre 2023, de démanteler une organisation criminelle italienne opérant en Catalogne, spécialisée dans le trafic de stupéfiants. Plus de 400 enquêteurs espagnols ont été mobilisés, aboutissant à 20 arrestations, 30 perquisitions, et la saisie de quantités significatives de drogue et d'argent.

L'opération menée mardi 17 octobre 2023 est d'envergure. Dans le cadre d'une enquête internationale, une organisation criminelle italienne opérant en Catalogne, liée au trafic de stupéfiants a été menée à la fois sur le territoire espagnol mais aussi italien, a pu être démantelée.

A lire : Trafics de drogue. Le cannabis produit en Catalogne inquiète la France : marché qui explose, fabrication locale, difficultés de traçage

Plus de 400 agents ont été mobilisés dans plusieurs provinces d'Italie, d'Espagne mais également en Suisse. La police catalane, les Mossos, a interpellé pas moins de 20 personnes et effectué 30 perquisitions. Les saisies comprennent des sommes d'argent liquide, des quantités substantielles de haschich et de marijuana, ainsi qu'une arme à feu.

Les investigations des 12 derniers mois ont permis de révéler les méthodes de paiement utilisées par les trafiquants de drogue, des Italiens et des Espagnols, ainsi que de personnes d'origine albanaise et chinoise. Ces dealers utilisaient les "services bancaires" gérés par des individus d'origine chinoise, agissant comme des "centres de collecte" d'argent pour des transferts en espèces vers l'Espagne, avec des commissions en jeu.

Un trafic de 42 millions d'euros

En outre, l'argent provenant du trafic de drogue était directement réinjecté et blanchi dans des activités légales. 30 tonnes de haschich et de marijuana ont été saisies. Un trafic représentant une valeur totale de 42 millions d'euros.

En plus des arrestations, des biens immobiliers, des actifs financiers et des entreprises d'une valeur de 9 millions d'euros ont été préemptés par la justice italienne.