• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Remise en liberté du directeur de colonie suspecté de viol et agressions sexuelles en Aveyron

La colonie où se seraient déroulés les faits / © L. Tazelmati / France 3
La colonie où se seraient déroulés les faits / © L. Tazelmati / France 3

INFO FRANCE 3 - Christophe M. a bénéficié fin février d'une mesure de remise en liberté. En août dernier, ce Tarnais avait été mis en examen pour viols et agressions sexuelles sur mineures après la plainte d'adolescentes lors d'un séjour équestre qu'il encadrait dans l'Aveyron. 

Par Fabrice Valery

Sa mise en examen, suivie d'une mesure de placement en détention provisoire, avait fait grand bruit à la fin de l'été 2017. Sa remise en liberté s'est faite beaucoup plus discrètement. Selon nos informations, l'homme d'une quarantaine d'années mis en cause pour viol et agressions sexuelles sur mineures en Aveyron, a été libéré. 

Après avoir vu une première fois sa demande de remise en liberté en septembre dernier refusée par la Chambre de l'Instruction de la Cour d'appel de Montpellier, le mis en cause a bénéficié fin février d'une décision prise par le juge qui instruit ce dossier. Selon le procureur de Montpellier, des "éléments nouveaux" ont été portés à la connaissance des enquêteurs et du juge qui ont permis cette remise en liberté. Ces éléments font que plus rien ne s'opposait à la remise ne liberté du mis en cause.

Christophe M, ancien militaire au 8ème Rpima de Castres, a rejoint depuis son domicile de Labruguière dans le Tarn. 

Fin août, alors qu'il venait d'encadrer plusieurs stages d'équitation dans un centre équestre situé à Sauclières, sur le plateau du Larzac, l'homme avait été visé par plusieurs plaintes d'adolescentes ayant toutes participé au même stage : il avait dans la foulée était mis en examen pour un viol et 7 agressions sexuelles sur mineures par personne ayant autorité. Il avait été écroué. 

Devant la Chambre de l'Instruction de la Cour d'appel de Montpellier, en septembre, l'avocate générale l'avait qualifié de "prédateur sexuel". Avec son avocat, Maître Jean-Baptiste Mousset, il avait évoqué "un complot", "une machination". Mais cela n'avait pas suffi à convaincre les magistrats.

Désormais, Christophe M. s'est adjoint les services de Maître Eric Dupont-Moretti, alias "Acquitator"

Il a pu regagner son village de Labruguières dans le Tarn, où il était notamment, jusqu'en 2017, éducateur au club de football. 

Sur le même sujet

le MHB enfin victorieux en ligue des champions

Les + Lus